Un dos d'âne sur trois illégal : quelles normes doivent-ils respecter ?

TF1 | Reportage M. Alibert, I. Bornacin, B. Sid Ahmed
Publié le 22 août 2022 à 14h46

Source : JT 20h WE

Trop hauts, trop glissants, trop longs... En France, un tiers des ralentisseurs sont illégaux.
Quelles normes doivent-ils respecter ?
Le 20H de TF1 vous explique.

Ils poussent comme des champignons en France, et les dos d'âne sont la hantise des automobilistes. "C'est beaucoup trop haut et très dangereux", lance l'un d'entre eux dans la vidéo du 20H de TF1 ci-dessus. "On ne les voit pas toujours, ils ne sont pas toujours très bien indiqués", dit un autre. Les voitures aussi en pâtissent. "La dernière fois, un dos d'âne que j'ai pris un peu trop fort a fait péter mon pot à l'arrière. J'ai dû payer 400 euros de réparation", s’insurge un conducteur. Un ressenti qui s'explique notamment par le fait qu'un tiers des ralentisseurs en France sont illégaux. 

Trop hauts, trop glissants ou encore trop longs, ils ne sont pourtant pas retirés de la route. Par exemple, des communes ont fait le choix de dos d'âne bon marché, appelés coussin berlinois. Vous les voyez partout, alors qu'ils sont interdits depuis 2009 car fabriqués en caoutchouc, et donc glissants lorsqu'il pleut. Mais alors, comment expliquer que de nombreux ralentisseurs illégaux soient toujours présents sur nos routes ? Les communes se justifient en disant que les coûts de destruction ou de retrait sont trop élevés. Pourtant, en cas d'accident, c'est le maire qui est responsable.

Quelle est la règlementation ?

Dans le reportage en tête de cet article, Thierry Modolo-Dominati, président de l’association d’automobilistes "pour une mobilité saine et durable", fait une démonstration devant un dos d'âne installé à Carqueiranne, dans le Var. Beaucoup trop haut. ll utilise un bloc en carton respectant les normes routières et le compare à ce ralentisseur. "Donc voilà un gabarit de la taille réglementaire d'un ralentisseur, et ici 27 cm" : le dos d'âne fait près de trois fois la taille autorisée. En effet, il doit au maximum mesurer quatre mètres de long et 10 cm de hauteur. Des mesures qui doivent être respectées pour limiter les dommages sur la chaussée. "On voit bien qu'il y a une déformation totale, cela se creuse quand même à force de taper, de tasser la route", explique Thierry Modolo-Dominati. Les ralentisseurs doivent également être implantés sur une route limitée à 30 km/h, avec moins de 3000 véhicules de passage par jour, et non desservie pas les transports en commun.

Autre conséquence moins visible des dos d'âne illégaux, des bruits de circulation amplifiés. Dans la Marne, un ralentisseur de 15 mètres de long a été construit devant la maison de Michel. Depuis six ans, il vit un calvaire. "Quand je travaille, je ne peux même pas ouvrir mes fenêtres parce qu'avec ces bruits-là ce n’est pas possible d'avoir quelqu'un au téléphone." Cet habitant mène une bataille acharnée contre la mairie de son village pour le supprimer. 


TF1 | Reportage M. Alibert, I. Bornacin, B. Sid Ahmed

Tout
TF1 Info