ENQUÊTE TF1 - Les centres de contrôle technique sont-ils fiables ?

par M.B | Reportage TF1 : Fabien Chadeau
Publié le 4 août 2023 à 8h00

Source : JT 20h Semaine

Certains conducteurs ont de mauvaises surprises après avoir acheté un véhicule affichant pourtant un contrôle technique en règle.
Certains professionnels manquent-ils de rigueur ?
Les équipes de TF1 ont testé plusieurs centres pour comparer leur diagnostic sur un même véhicule.

Cindy Antonioni était persuadée d'avoir déniché une bonne affaire. Elle vient d'acheter un van des années 1970 dont le contrôle technique était en règle. C'était du moins ce qu'elle croyait. "Je décide de partir en week-end avec, et je tombe en panne. Après 8 km avec, tout se coupe, plus rien", raconte-t-elle la conductrice que les équipes de TF1 ont rencontrée, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus. Elle fait dépanner le véhicule, et décide de faire un nouveau contrôle technique à ses frais. 

Et là, mauvaise surprise : "Je ne m'attendais pas à avoir une dizaine de défaillances majeures, c'est-à-dire que le véhicule devrait être immobilisé et n'aurait pas le droit de circuler", relate-t-elle. Le plancher est gravement détérioré, selon le deuxième contrôle technique. Sous le véhicule, la traverse, une pièce essentielle pour assurer la rigidité du châssis, est fortement déformée. Cindy a porté plainte contre son vendeur, le centre de contrôle technique, et demande l'annulation de la vente.

Aujourd'hui, entre 550 et 700.000 véhicules rouleraient sans contrôle technique en règle. Comment de telles pratiques sont-elles possibles, doit-on se méfier de certains centres ? Les équipes de TF1 ont testé plusieurs professionnels de contrôle technique avec une voiture âgée de vingt ans ayant 150.000 km au compteur. Le véhicule comporte volontairement plusieurs défauts.

Certains professionnels beaucoup plus indulgents

Premier professionnel : l'examen dure une heure. Résultat, le contrôle technique est non conforme. Principal défaut, l'usure des pneus. "Une route un petit peu humide, voire un orage, et lorsque vous allez freiner la roue avant gauche va perdre son adhérence", diagnostique le professionnel. "C'est ce qu'on appelle un défaut critique, c'est-à-dire que vous avez jusqu'à demain pour l'emmener chez le garagiste", explique-t-il. Au total, le professionnel a identifié un défaut critique, et 10 défauts majeurs.

En caméra cachée, les équipes de TF1 sont allées chez un autre professionnel. Cette fois, l'examen ne dure qu'une demi-heure. Le constat sur l'état des pneus est identique. "C'est pas bon du tout là, c'est tout craquelé", constate le professionnel. Mais face à notre insistance, il se montre beaucoup plus indulgent. "Ok, c'est bon pour les pneus", lâche-t-il, reconnaissant pourtant que "normalement, les pneus, c'est la première chose, il faut même pas être indulgent là-dessus". 

"Je vous fais confiance parce que je vois que vous insistez, justifie-t-il, mais vous êtes en contre-visite pour les biellettes", une pièce maîtresse du système de direction. Il ferme donc les yeux sur l'état des pneus et nous nous en tirons avec aucune défaillance critique et seulement quatre défaillances majeures. Même constat dans un troisième centre de contrôle technique : pas de défaillance critique et seulement quatre défaillances majeures détectées.

Pourquoi tant de différence d'un professionnel à l'autre ? "Les contrôles qui sont effectués et les défaillances qui sont retenues sont extrêmement normés, précis, mais pour autant on a en face de soi un contrôleur qui est un humain et qui peut interpréter ces règles de manière plus ou moins tatillonne et sévère", explique François Tarrain rédacteur en chef adjoint de Auto Plus. Si vous roulez sans contrôle technique ou que celui-ci n'est plus valable, vous vous exposez à une amende de 135 euros.


M.B | Reportage TF1 : Fabien Chadeau

Tout
TF1 Info