Grève à la SNCF : l'appel de la direction et du gouvernement à sauver le week-end du Nouvel An

Publié le 22 décembre 2022 à 10h01

Source : JT 20h Semaine

La direction de la SNCF et le gouvernement craignent une prolongation de la grève des chefs de bord TGV au week-end du jour de l'An.
Le ministre des Transports, Clément Beaune, espère une levée des préavis de grève pour les derniers jours des vacances.

Le week-end de la Saint-Sylvestre va-t-il dérailler à son tour ? Dès ce vendredi, et jusqu'à dimanche, la SNCF prévoit de nombreuses difficultés sur son réseau de TGV, en raison d'une grève menée par des chefs de bord. D'après les dernières prévisions, deux TGV sur cinq ne circuleront pas lors du week-end de Noël, privant plusieurs dizaines de milliers de Français de voyage pour les fêtes.

Très critiqué par la direction et le gouvernement, ce mouvement initié par un collectif de chefs de bord en dehors de tout cadre syndical risque de s'étendre au week-end suivant, du 31 décembre et 1er janvier. "Un combat doit être mené heure par heure : éviter les difficultés et les perturbations" pour la Saint-Sylvestre, demande au micro de franceinfo le ministre délégué chargé des Transports, Clément Beaune. "Nous travaillons à ce que ce préavis soit levé pour que les Français puissent rentrer de vacances."

Pas de raison de punir deux fois les Français
Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF

"Il est encore possible d'éviter que le week-end du jour de l'An soit gâché", assure de son côté le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, sur RTL. "Pour ce week-end, c'est malheureusement trop tard [...] mais il n'y a pas de raison de punir deux fois les Français. J'en appelle au sens des responsabilités des chefs de bord TGV en grève."

Quelques minutes plus tôt, Jean-Pierre Farandou avait présenté ses excuses aux Français, tout en fustigeant les grévistes. "Je ne comprends pas cette grève", a-t-il martelé. "Il n'y a aucun appel à la grève d'aucun syndicat. C'est une grève sans appel à la grève. Je n'arrive pas à comprendre, il n'y a pas d'agression sociale."

Avant de penser au week-end du jour de l'An, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, espère dès à présent une amélioration de la situation. "Ce que nous attendons de la direction de la SNCF aujourd'hui, c'est qu'elle trouve une solution dans les prochaines heures, je dis bien dans les prochaines heures. C'est ça la responsabilité de la direction de la SNCF, elle a le soutien de l'État, elle doit trouver les voies et moyens de sortir de ce conflit", a-t-il exigé sur Sud Radio, exprimant sa "colère pour les clients privés de vacances de Noël."


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info