VIDÉO - La "grève de Noël" à la SNCF : vraiment une tradition ?

B.L. | Reportage : Christine Chapel, Jean-Philippe Hequette
Publié le 24 décembre 2022 à 16h22

Source : JT 13h WE

Pour les usagers, la grève de Noël semble une véritable tradition... et pourtant.
La menace est souvent brandie par les syndicats, mais les négociations permettent généralement d'éviter la grève.
Le mois de décembre est cependant stratégique, pour la SNCF comme pour ses salariés.

La grève de Noël à SNCF procure une impression de déjà-vu. Au même titre que la dinde et le sapin, le mouvement social serait-il devenu un incontournable des fêtes de fin d'année ? "J'ai travaillé trente ans à Paris. Quasiment chaque fois, aux périodes de Noël, on a des grèves", estime un usager régulier, devant la gare Montparnasse à Paris, au micro de 13H de TF1. "Dans mon imaginaire, on est tout le temps en grève ici", préfère en rire un autre.

Et pourtant, il se pourrait bien que notre mémoire nous joue des tours. "Si on revient un peu en arrière, on se rend compte qu'il y a eu deux grandes grèves à Noël. Une en 1986 et une en 2019. Il y a souvent des menaces de grève, mais de véritables mouvements, il n'y en a pas tant que ça finalement", explique Marie-Hélène Poingt, rédactrice en chef du magazine spécialisé La Vie du Rail, dans le reportage en tête d'article.

Dans les faits, les syndicats de la SNCF déposent fréquemment des préavis de grève au début du mois de décembre. Mais celle-ci est, presque toujours, annulée quelques jours avant Noël. Pourquoi en décembre précisément ?  Pour comprendre cela, il faut s'intéresser au fonctionnement interne de la société de transport ferroviaire. En effet, c'est durant cette période que la direction procède au changement d'horaire de travail, ce qui entraîne parfois une grogne chez les cheminots. Dans le même temps, ces mêmes salariés touchent une prime de fin d'année. Ils sont donc plus à l'aise financièrement pour assumer une interruption de travail. Car contrairement aux idées reçues, une journée de grève n'est pas payée par l'employeur.

Jusqu'à 8 millions de voyageurs transportés pendant les vacances de Noël

Troisième argument, celui de l'impact potentiel d'un mouvement social sur l'entreprise. "Généralement, la grève est présente quand cela peut perturber les gens au maximum", remarque ainsi une Parisienne auprès de notre équipe. Il faut dire que, selon les chiffres de la SNCF datant de 2018, la dernière semaine de décembre représente une semaine capitale pour l'entreprise. Ainsi, cette année-là, plus de 15.700 trains avaient transporté environ 8 millions de personnes, entre le 21 décembre 2018 et le 6 janvier 2019. Pourquoi remonter aussi loin ? Parce qu'une grève a perturbé l'hiver 2019 et que décembre 2020 était touché par un couvre-feu et des restrictions sanitaires.

Si Noël n'est pas aussi perturbé que l'on pourrait le croire, on peut en revanche constater qu'à la SNCF, il n'y a pas eu une année sans mouvement social depuis 1947.


B.L. | Reportage : Christine Chapel, Jean-Philippe Hequette

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info