Votre pouvoir d'achat

Prix des voitures neuves : jusqu'à 1850 euros de plus sur certains modèles

Laetitia Asgarali Dumont | Reportage Pierre Corrieu, Eric Berra
Publié le 14 avril 2022 à 15h10
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

En France, les voitures neuves sont de plus en plus rares et chères.
En cause selon les constructeurs : la guerre en Ukraine, la pénurie de matières premières et d'éléments électroniques et la crise sanitaire.
TF1 est allé sur le terrain pour comprendre ce phénomène.

Vous envisagez d'acheter une voiture neuve ? Deux informations vont sans doute vous contrarier. Les derniers modèles sont à la fois plus rares et plus chers. Les prix ont augmenté de plusieurs centaines d'euros depuis le début de l'année. 

En cause : la guerre en Ukraine et la pénurie de semi-conducteurs dans le monde. Cette dernière crise du manque de composés électroniques touche tous les constructeurs, dont Renault qui a fermé temporairement plusieurs usines, dont son usine de Douai dans les Hauts-de-France depuis lundi et jusqu'au 14 avril.

Près de 300 à 1 850 euros à débourser en plus

Dans ces conditions, les retards de livraisons se multiplient. Il faut désormais attendre jusqu'à un an pour en acquérir une. Alors que 8 Français sur 10 vont au travail en voiture, les véhicules neufs sont à présent de plus en plus rares et de plus en plus chers. 

Dans la concession Citroën Jallu-Berthier où se rend TF1 dans le reportage du 20H en tête de cet article, le chef des ventes Mickaël Batista le concède :  "Sur une Citroën C3, on a une augmentation de 500 euros. Cela représente une hausse de 3% alors que l’inflation est à 4%". "Le prix a augmenté à cause du manque des matières premières, comme l’aluminium ou le métal", poursuit-il.

Capture TF1

Et cette hausse des prix touche toutes les marques de voitures. Par exemple, le prix de la Dacia Sandero a augmenté de 350 euros. Le nouveau modèle de la Renault Twingo est 1 850 euros plus cher que l'ancien, quant celui de la Peugeot 208 coûte 500 euros de plus.

Lire aussi

Les constructeurs vendent moins, mais plus cher donc. Une stratégie déjà en marche depuis plusieurs années, mais ces crises successives ont fortement accélérer cette hausse des prix. "S’il n’y avait pas eu cette crise, notamment des semi-conducteurs qui pénalisent et qui handicapent vraiment la production des voitures, les constructeurs y seraient certainement aller un petit plus lentement dans l’augmentation du prix des modèles",  assure Agnès Lasbarrères, journaliste à Auto-Plus.

Un phénomène qui pousse beaucoup de Français à se tourner vers l'occasion. Ce trimestre, les ventes de voitures neuves dans le pays n'ont jamais été aussi faibles depuis 40 ans, selon la Plateforme automobile PFA.


Laetitia Asgarali Dumont | Reportage Pierre Corrieu, Eric Berra

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info