La voiture sans permis, qui peut être conduite à partir de 14 ans, séduit de nouveaux publics.
Certes, elle a un coût, mais elle est moins dangereuse qu'un scooter et surtout moins chère qu'une vraie voiture.
Le 20H de TF1 vous fait rencontrer ses nouveaux adeptes.

Elles ne roulent qu'à 45 km/h, mais sur la route, elles ont fière allure. Avec leur look de petites citadines sportives, les voitures sans permis séduisent de nouveaux conducteurs. Des seniors, mais surtout des adolescents, comme Oleg Le Proust, âgé de 17 ans. "On est seuls pour aller où on veut. On n'a pas besoin de nos parents, on est indépendants. En étant mineur, c'est plutôt très cool", témoigne le lycéen ans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. 

Plus de 16.000 voitures sans permis sont vendues chaque année en France, et la moitié est achetée par des parents, qui les juge plus sûres qu'un scooter. "L'hiver, c'est quand même mieux d'avoir une voiture avec un habitacle pour la chaleur. C'est ce qui nous a vraiment motivés", explique la mère d'Oleg. Elle a déboursé 14.000 euros, tout de même, pour ce modèle d'occasion sans permis, mais pas sans option. "Elle a la caméra de recul, la direction assistée et les vitres électriques", montre Oleg. 

Depuis une dizaine d'années, Renault, Citroën, Toyota, Aixam, Ligier... tous les constructeurs ciblent les adolescents, souvent à grands renforts de publicités survitaminées. Comptez 6.000 euros pour une entrée de gamme et 20.000 pour une version de luxe. Loin du fameux pot de yaourt conduit par les retraités dans les années 1980. Aujourd'hui, l'industrie du sans permis est en pleine croissance, et les constructeurs français dominent. 

Une gamme électrique lancée en 2023

Dans une usine de Vichy où se rend TF1, 16.000 véhicules sont fabriqués chaque année. C'est deux fois plus qu'il y a dix ans. Un succès qui s'explique grâce à des moteurs toujours plus discrets. "On avait déjà des moteurs diesel à l'époque. Ces moteurs étaient beaucoup moins performants, notamment en termes de bruit et de vibrations. Ce véhicule est équipé d'un moteur bicylindre diesel 500 centimètres cubes. Nous lancerons la gamme électrique à partir de l'année prochaine", sourit François Ligier, président directeur général des voitures sans permis Ligier. Son chiffre d'affaires s'élève à 176 millions d'euros. C'est 120% de plus en sept ans. 

Au quotidien, ces voitures consomment environ trois litres aux cent kilomètres. Peu, sauf pour le budget d'un lycéen. "L'autonomie, ça a un prix. Ça fait beaucoup 30 euros toutes les trois semaines", reprend Oleg. À partir de quatorze ans, vous pouvez conduire ces voitures avec le permis AM. Il s'obtient après une journée de formation, sans passer le moindre examen de code ou de conduite. 

En revanche, si vous êtes nés avant 1988, comme Alain Broussard, vous n'en avez pas besoin. "Quand vous avez perdu le permis pour une raison ou pour une autre, vous êtes bien contens de trouver une alternative qui vous redonne la liberté", affirme Alain. Depuis sept ans, il roule sans permis, en toute légalité et sans complexe. "Je vous assure qu'elle attire le regard", rit Alain. Ringarde hier, branchée aujourd'hui, la voiturette ne fait plus sourire, elle fait envie. Plébiscitée par ceux qui ont perdu leurs permis, et ceux qui ne l'ont pas encore.


Léa Tintillier | Reportage TF1 Jean-Marie Bagayoko, David Pires

Tout
TF1 Info