Le 13H

"On est dépité" : avec la grève SNCF, les longues heures de galère pour rejoindre sa destination

TF1 | Reportage Gaëlle Charnay, Quincy Russell
Publié le 2 décembre 2022 à 15h13
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Face à la grève, les voyageurs ont dû rapidement trouver des plans B.
Ils sont nombreux à avoir opté pour la voiture ou le bus dans les zones concernées.
Un plan de repli au prix de longues heures supplémentaires sur la route.

Leur chauffeur, c'est leur sauveur. Soulagement pour Henri ou Caroline qui attendent leur conducteur comme le Messie. Le covoiturage est pris d'assaut en cette journée de grève. Trois heures et demie de route pour Philippe, sept heures pour Catherine, et qui dit mieux, neuf heures pour Laura et ses collègues. 

Elles sont obligées de louer une voiture pour rentrer à Nantes (Loire-Atlantique) : "on est dépité, oui, on est remboursé, mais on est dépité. On a neuf heures de voiture et après une longue semaine de travail, on ne s'attendait pas à ça ; et en plus, ça écourte notre week-end en famille", se désole-t-elle.

Lire aussi

Même résignation pour les passagers de ce bus à Bakou. "Je prends toujours le car pour les vacances, car les trains sont toujours en grève. Au moins, je sais que je vais arriver à Paris", lance un passager. Pas de train non plus pour ces touristes passagers qui ne sont pas surpris : "ce pays est célèbre pour ses grèves". Ce sera six heures pour Lyon-Paris contre deux heures en TGV.

 Certaines personnes se sont munies d'un livre pour passer ces longues heures de route. L'aller est assuré, mais il faudra un ticket de retour pour dimanche soir.


TF1 | Reportage Gaëlle Charnay, Quincy Russell

Tout
TF1 Info