Une panne importante paralyse depuis ce mardi le trafic au départ et à l'arrivée de la gare de l'Est à Paris.
La SNCF a rapidement dénoncé "un acte de sabotage sur des câbles de signalisation" à proximité d'un poste d'aiguillage.
Le site visé était pourtant particulièrement sécurisé, assure la compagnie.

La piste de l'accident a rapidement été écartée. Alors que le trafic ferroviaire a été largement perturbé par une panne géante à la gare de l'Est ce mardi, la SNCF dénonce une action malveillante. "C'est un acte de sabotage sur des câbles de signalisation. Ils comportent des circuits de sécurité. Il y a une cinquantaine de câbles qui ont été détériorés", a tancé Olivier Bancel, directeur en charge des opérations et de la production de SNCF Réseau. "Quarante-huit artères de câbles, soit environ 600 câbles électriques" ont été dévorés par l'incendie qui s'est déclaré à un poste d'aiguillage, selon la compagnie publique. 

Lesdites installations sont essentielles pour la signalisation ferroviaire, pour les feux verts et rouges sur les voies. Leur détérioration a donc conduit à l'arrêt du trafic pour éviter d'éventuelles collisions. L'une des armoires électriques qui a été incendiée a été photographiée. Les images, montrant l'installation complètement calcinée, parlent d'elles-mêmes. 

On ne vient pas ici par hasard
Damien de la Croix-Vaubois

Les premiers éléments de l'enquête accréditent la piste d'un sabotage. Deux départs de feu, à deux endroits opposés, ont notamment été constatés. Et les autorités ont retrouvé des traces d'essence sur les câbles brûlés. 

En temps normal, le site n'est d'ailleurs pas indiqué, pas référencé publiquement. Il est protégé par une grille, d'habitude fermée en permanence. "Ici, les installations sont particulièrement sécurisées, vous l'avez vu en pénétrant sur le site. Donc, on ne vient pas ici par hasard", affirme Damien de la Croix-Vaubois, directeur infrapôle Paris-Est chez SNCF réseau, au micro de TF1. Or, "un portillon d'accès aux voies de la SNCF était ouvert sans aucune trace d'effraction", note Jean-Baptiste Bladier, le procureur de Meaux. D'après plusieurs agents de la SNCF, pour frapper ici, le ou les saboteurs devaient très bien savoir ce qu'ils cherchaient. 

L'acte de dégradation s'est produit à proximité du poste d'aiguillage de la gare de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne), à 1h du matin. Cela a entraîné la coupure provisoire totale du trafic jusqu'à la gare de l'Est. La SNCF a porté plainte. Une enquête a été ouverte pour dégradation volontaire et mise en danger de la vie d'autrui. 


M.G | Reportage TF1 Florian Litzler, Imane Rachati, Olivier Stammbach

Tout
TF1 Info