Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, souhaite supprimer les retraits de points pour les petits excès de vitesse.
En revanche, il faudra toujours payer l’amende.
Une proposition applaudie par les associations d’automobilistes, mais contestée par celles de sécurité routière.

Quelques km/h en plus, et la sanction tombe. Les petits excès de vitesse représentent 58% des retraits de points en France. "3 km/h de plus, c’est ridicule d’enlever un point, c’est rien", estime une automobiliste dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. 

En effet, si par exemple, vous roulez à 86 km/h sur une route limitée à 80, avec une marge d’erreur de 5 km/h, la vitesse retenue est de 81 km/h. Vous dépassez donc d’ 1 km/h seulement la vitesse autorisée. Et vous perdez par conséquent un point sur votre permis, et recevez une amende de 68 euros. "Ces petits excès de vitesse seront toujours punis d’une amende. En contrepartie, nous lutterons plus fortement contre les fraudes et les trafics de points", a précisé en fin de semaine dernière Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, auprès de Sud-Ouest. 

Il n’y aura donc plus de retrait de points. Une bonne nouvelle pour les associations d’automobilistes. "Pour certains, c’est leur métier de se retrouver sur des routes qu’ils ne connaissent pas, et on peut facilement se faire prendre pour 2 ou 3 km/h de trop. Donc cette mesure va venir arrêter de sanctionner des automobilistes qui ne méritaient pas de perdre ce petit point", se réjouit Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes. 

"La France est le seul pays à retirer un point dès le premier km/h"
Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur

Les associations de sécurité routière, elles, pointent les dangers de cette proposition. "Ça laisse supposer que finalement, les vitesses maximales autorisées ne sont pas très utiles. C’est forcément dangereux parce que ça va encourager un laisser-aller par rapport à la vitesse", estime Anne Lavaud, déléguée générale d’une association de sécurité routière. 

Si ces excès de quelques kilomètres sont "dangereux", ils "sont souvent involontaires", avait affirmé en juillet dernier Gérald Darmanin, faisant valoir que "la France est le seul pays à retirer un point dès le premier km/h". La mesure est encore à l'état de réflexion. Dans les prochains jours, le ministre de l'Intérieur doit envoyer une note à Emmanuel Macron et à Elisabeth Borne pour en préciser les modalités. Si la réforme est acceptée, elle sera mise en place à l'été 2023. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Lise Cloix, Sébastien Maloiseau

Tout
TF1 Info