Le prix du pétrole baisse, pas celui des carburants : les distributeurs gonflent-ils leurs marges ?

par V. F | Reportage TF1 : Victor Topenot, Christophe Nieulac et Claire Auberger
Publié le 15 février 2024 à 18h17

Source : JT 13h Semaine

L'association de consommateurs CLCV dénonce une nouvelle fois les marges excessives des distributeurs sur les prix des carburants qui repartent à la hausse.
Ils s'étaient pourtant engagés à les réduire l'été dernier.
Alors, les stations-essence ont-elles oublié leurs promesses ?

Ce jeudi matin, à la pompe, les automobilistes font le même constat sur le prix de l'essence : "Ça reste toujours aussi cher", déplorent-ils. "Le brut a baissé, mais le prix à la station-service n'a pas bougé, donc ça, c'est embêtant", ajoute l'un d'eux. Voici l'explication : sur un litre de carburant SP95 à 1,80 euro, vous payez 45 centimes de pétrole, 26 centimes pour la distribution, 11 centimes pour le raffinage et 92 centimes de taxes.

TF1

Si les marges étaient maintenues à un niveau correct, on aurait eu une baisse beaucoup plus importante du prix du carburant.
Ibtissam Mozher, analyste socio-économique à la CLCV

Or, en général, lorsque le cours du pétrole brut augmente, les distributeurs diminuent leurs marges pour que le prix ne s'envole pas. À l'inverse, lorsque le prix du brut baisse, ils augmentent leurs marges. Résultat, il y a très peu de changement à la pompe. Et c'est précisément ce que dénonce ce jeudi l'association de consommateurs CLCV, estimant que les marges des distributeurs de carburants repartent à la hausse depuis cet automne, pour atteindre à nouveau des niveaux "inacceptables". 

"Normalement, cette marge tourne aux alentours de 15, voire 18 centimes le litre. Si les marges étaient maintenues à un niveau correct, on aurait eu une baisse beaucoup plus importante du prix du carburant", dénonce Ibtissam Mozher, analyste socio-économique à la CLCV. Les distributeurs, sous la pression du gouvernement et des consommateurs, s'étaient pourtant engagés au début de l'été 2023 à réduire leurs marges brutes de transport/distribution jugées "excessives" (plus de 25 centimes par litre de carburant).

Les distributeurs affirment, eux, qu'ils ne profitent pas de la situation. "Vous avez une augmentation des coûts, une augmentation des salaires de 4 à 6 %, une augmentation de l'électricité, du gaz. Donc, plus vous avez de coûts, plus la marge doit être importante pour couvrir ces coûts. Vous comprenez bien que c'est surtout pas les stations-service qui prennent un peu plus au passage", avance Francis Pousse, le président des distributeurs de carburant, représentant les quelque 5600 stations fonctionnant hors de la grande distribution (soit environ la moitié du parc).

Le cours du pétrole repart à la hausse ces dernières semaines. Les prix à la pompe ne devraient donc pas diminuer dans les prochains jours.


V. F | Reportage TF1 : Victor Topenot, Christophe Nieulac et Claire Auberger

Tout
TF1 Info