Sécurité routière : avec l'obligation des caméras embarquées, la fin de la somnolence au volant ?

par N.K | Reportage TF1 Christine Chapel, Patrick Ninine, Bruno Chastagner
Publié le 1 avril 2024 à 18h42, mis à jour le 1 avril 2024 à 21h04

Source : JT 13h Semaine

La somnolence au volant multiplie par huit le risque d'avoir un accident sur la route.
C'est pour lutter contre ce phénomène qu'un dispositif de surveillance va devenir obligatoire à partir de cet été sur les voitures neuves.
TF1 vous explique.

Sur l'autoroute, elle est la cause directe d'un accident mortel sur trois et multiplie par huit le risque d'avoir un accident selon la Sécurité routière française. La somnolence, deuxième cause de mortalité sur les routes après la conduite sous emprise de psychotropes (alcool, médicaments, drogues), peut très vite s'installer lorsque l'on conduit sur une route monotone, après avoir passé une courte nuit ou même après avoir englouti un déjeuner trop copieux avant de prendre le volant. 

Pour veiller à la sécurité des conducteurs, certains constructeurs automobiles ont équipé leurs véhicules de la technologie DMS (Driver Monitoring System), un système de sécurité qui évalue la vigilance du conducteur et l'avertit si des signes de distraction ou de fatigue sont détectés. C'est grâce à une petite caméra infrarouge que l'intelligence artificielle peut déceler les signaux d'endormissement. Un dispositif qui sera obligatoire sur les nouveaux véhicules homologués en Europe dès juillet prochain, et sur les voitures neuves vendues dès l'été 2026. 

Vers des voitures plus chères

"La caméra est située au niveau du volant, entre sa branche et le cockpit, et elle va surveiller le conducteur pour savoir s'il s'endort ou s'il est distrait", précise Vincent Abadie, expert en aide à la conduite chez Stellantis, dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Grâce à l'infrarouge, ces caméras peuvent même analyser vos yeux à travers des lunettes de soleil. Que ceux qui craignent pour leur vie privée se rassurent : ces caméras n'enregistreront rien du tout.

Les personnes interrogées par notre équipe sont plutôt favorables à l'apparition de ces caméras embarquées sur les volants de nos véhicules, même si les automobiles coûteront un peu plus cher. Et si elles seront plus coûteuses à l'achat, elles seront aussi plus chères à entretenir. "Pour ces pièces électroniques, la réparation, c'est plutôt l'exception. La règle, c'est plutôt le changement", souligne Éric Champarnaud, expert marché automobile chez C-Ways. Et donc, une facture plus salée à la clé.

Objectif zéro décès sur la route en Europe dès 2050

Pour lutter contre la somnolence, certains pays ont adopté des méthodes bien plus spectaculaires que les caméras embarquées braquées sur le conducteur. C'est notamment le cas de la Chine, qui a installé des lasers multicolores sur des portiques d'autoroutes. Ils clignotent ainsi toute la nuit pour tenir les automobilistes éveillés. Ces faisceaux illuminent actuellement les autoroutes de six régions du pays, mais aucun résultat sur leur efficacité (ou non) n'a pour l'heure été rendu public.

L'Europe a quant à elle préféré les caméras embarquées. Cette technologie ne sera obligatoire que sur les voitures neuves. Les propriétaires d'anciens modèles ne seront donc pas contraints de les installer. Le dispositif deviendra par ailleurs obligatoire sur les utilitaires et les camions en 2026. L'objectif de l'Union européenne avec cette mesure ? Atteindre le zéro décès sur les routes à l'horizon 2050 sur le continent.


N.K | Reportage TF1 Christine Chapel, Patrick Ninine, Bruno Chastagner

Tout
TF1 Info