Environ 700 passagers du train Paris-Clermont-Ferrand sont arrivés à destination, samedi matin, avec un retard de plus de sept heures.
La faute à la panne d'une locomotive qui a bloqué leur train par une nuit de grand froid.
Les associations dénoncent une ligne trop vétuste avec des retards trop fréquents.

Il est 3h10 du matin ce samedi 20 janvier. Ces voyageurs sont partis à 19h de Paris, direction Clermont-Ferrand. Ils se sont retrouvés bloqués en pleine campagne, sans électricité et sans aucune information. "On est restés trois heures dans le froid, trois heures sans lumière", témoigne une voyageuse dans la vidéo en tête de cet article, quand un autre affirme qu'il n'y avait "pas de chauffage, très peu de lumière, des toilettes hors service, rien à boire, rien à manger". 

Le train a été immobilisé en gare de Montargis, où il a fait -5 °C dans la nuit de vendredi à samedi. Cet arrêt a permis aux membres de la Croix-Rouge de monter à bord pour distribuer des couvertures de survie, des boissons chaudes et des encas froids aux naufragés du rail. Au total, les passagers ont mis 11h pour rejoindre leur destination, au lieu des trois heures de demie habituelles pour effectuer la liaison. À leur arrivée en gare samedi matin, nombreux étaient ceux qui étaient bord de l'épuisement.

C'est quand même la première fois que je vois des couvertures de survie distribuées aux voyageurs et surtout la Croix-Rouge qui vient au secours des voyageurs
Stéphanie Picard, co-fondatrice du collectif "Les usagers du train Clermont-Paris"

"C'est très long, on devait arriver à 22h30, on arrive à 6h15", s'amuse pourtant un voyageur quand un autre se dit "exténuée". "Surtout qu'on dormait par terre, avec des couvertures de survie... Moi j'ai plus de voix, j'ai eu froid... C'était très dur", témoigne une troisième. 

La ligne entre Paris et Clermont-Ferrand est tristement réputée pour ses retards et annulations à répétition. Un collectif a même été créé pour faire entendre la voix des voyageurs. "C'est très régulièrement qu'il y a des retards. On a déjà eu un trajet qui a duré 19 heures en juin. C'est quand même la première fois que je vois des couvertures de survie distribuées aux voyageurs et surtout la Croix-Rouge qui vient au secours des voyageurs", dénonce Stéphanie Picard, co-fondatrice du collectif "Les usagers du train Clermont-Paris". À l’origine de la panne cette nuit, la vétusté des locomotives est pointée une nouvelle fois du doigt. La SNCF a présenté ses excuses aux voyageurs et promet de les dédommager à hauteur de 200% du prix de leurs billets.


La rédaction de TF1info TF1 | Reportage Colyne Emeriau, Guillaume Frixon, Céline Olive

Tout
TF1 Info