REPORTAGE - Voitures électriques : les entreprises et les loueurs font du surplace

par La rédaction de TF1 TF1 | Reportage Baptiste Garguy-Chartier, Frédéric Delpech
Publié le 9 avril 2024 à 12h41

Source : JT 20h Semaine

Pour s’affranchir du pétrole, le gouvernement a fixé des objectifs très ambitieux aux entreprises.
Cette année, 20% de leurs voitures ou de leurs véhicules utilitaires doivent être électriques.
Les loueurs de voitures, entre autres, sont concernés.

Dans une agence de location de voitures, les commerciaux n’ont qu’une seule phrase en tête, proposer des véhicules électriques à ses clients, mais rien n’y fait. Il est impossible de les convaincre. Les loueurs sont inquiets. Une nouvelle loi pourrait leur imposer d’avoir plus de modèles électriques. Si elle est votée, 50% de leurs véhicules à louer devraient l’être d'ici à 2027. Et l’objectif est poussé à 95% en 2032.

On a pris la décision de ralentir le verdissement de notre flotte en 2024 parce qu'on ne peut pas se permettre d'avoir des véhicules qui ne tournent pas.
Jean-Philippe Doyen, président de Sixt Europe

Si les entreprises ne remplissent pas ces obligations, 5000 euros d’amendes, par véhicule manquant, pourraient leur être infligés. Pourtant, l’agence de location, que nous avons interviewée, a bien tenté de s’y mettre. Ils ont acheté deux nouvelles voitures en début d’année, mais il n’y a aucune rayure sur la carrosserie. En réalité, elles ne sont pratiquement pas sorties, et le patron s’en mord les doigts. "On a pris la décision de ralentir le verdissement de notre flotte en 2024 parce qu'on ne peut pas se permettre d'avoir des véhicules qui ne tournent pas, économiquement ça ne passe pas", admet dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article, Jean-Philippe Doyen, président de Sixt Europe.

Les loueurs l’affirment, l’électrique n’est pas rentable. D’ailleurs, le mois dernier, l’entreprise Hertz en a fait les frais. Le PDG est licencié pour avoir osé investir plus de trois milliards d’euros dans l’électrique pour son groupe international, mais sans succès. Pour l’heure, nul ne sait si ces mesures seront mises en place. Les discussions autour du texte débuteront à la fin du mois dans l’Hémicycle.


La rédaction de TF1 TF1 | Reportage Baptiste Garguy-Chartier, Frédéric Delpech

Tout
TF1 Info