Le Shinkansen, le TGV japonais, ne fascine pas seulement par sa forme, mais aussi par sa ponctualité légendaire. De quoi faire rêver les Français.
Au Japon, l'heure d'arrivée se doit d'être respectée à la seconde près.

C'est un train qui relie le Japon d'est en ouest avec une vitesse maximale de 320 km/h, mais surtout, une obsession de la ponctualité. En France, les retards de train sont comptés à partir de 5 minutes. Dans l'Empire du soleil levant, c'est à la seconde près. Et pour tenir les délais, un conducteur ultra concentré. Méthode japonaise oblige, il énonce la moindre de ses décisions. Une chorégraphie millimétrée dont le but est d'éviter les erreurs humaines qui coûtent de précieuses secondes.

Et pourtant, au Japon, il y a beaucoup d'obstacles : séisme quasi quotidien, typhon violent ou température extrême, à l'image des jets d'eau pour faire fondre la neige. Toute l'infrastructure est réglée pour que le Shinkansen circule. Un TGV avec, en plus, une cadence de métro. En heures de pointe, un Shinkansen toutes les 4 minutes dans la gare principale de Tokyo. Au terminus, les nettoyeurs entrent en scène. Même le ménage est une course contre la montre. Un modèle d'efficacité surnommé "Le miracle des 7 minutes".

Le système Shinkansen repose aussi sur des passagers disciplinés. Il n'y a pas de bagages abandonnés. Un dernier salut et le balai de voyageurs reprend, ordonné et jamais pressé. "À partir de 15 secondes, c'est un retard pour les conducteurs. Et s'il y a plus d'une minute, il faut une annonce pour s'excuser", indique Ayako Suzukawa, spécialiste du Shinkansen. Au-delà d'une minute, une enquête est ouverte. Et même si cela est rare, des retenues de salaires ont déjà été infligées à des conducteurs.

Une rigueur qui fait de Shinkansen une mascotte nationale. La Shinkansenmania n'est pas près de s'arrêter. Dans quelques années, un super train, le SCMaglev devrait être mis en place entre Tokyo et Nagoya. Il fait l'équivalent d'un Paris-Metz en 40 minutes contre 1h30 actuellement.

TF1 | Reportage A. Bregere, C. Simon, L. Belin


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info