Hausse des tarifs de la SNCF : combien vos billets vont-ils vous coûter en 2023 ?

V. F - Reportage vidéo : Guillaume Bertrand, Charlotte Sébire et Patrick Ninine
Publié le 18 novembre 2022 à 20h12

Source : JT 13h Semaine

La SNCF va augmenter le tarif de ses TGV de 5% en moyenne à partir du 10 janvier pour affronter la hausse des coûts de l'énergie.
Cependant, la compagnie va mettre en place un bouclier tarifaire, notamment pour les billets achetés à l'avance.
Concrètement, combien cela va-t-il désormais vous coûter ?

Le prix du train était jusque-là épargné par l'inflation. C'est désormais fini. En 2023, les TGV classiques et tous les Intercités verront le prix de leurs billets augmenter de 5%. Cette hausse concernera les billets achetés à la dernière minute ou les trajets les plus demandés ainsi que les trajets professionnels. Une mauvaise nouvelle pour les voyageurs : "Je trouve déjà que le billet de train était relativement cher, alors si en plus ça augmente, au bout d'un moment c'est inaccessible", déplore ainsi une mère de famille, dans la vidéo du JT de 13H en tête de cet article. "Si ce n'est pas intéressant, je ne prendrai plus le train et puis c'est tout", tranche de son côté une jeune femme.

Tarif identique pour la carte Avantage

Concrètement, un Paris-Bordeaux réservé pour ce samedi coûte aujourd'hui 69 euros, cela coûtera 72,50 euros en 2023. En revanche, si vous êtes prévoyant, les premiers billets réservables à l'ouverture des ventes sont épargnés par la hausse. Pour ce même trajet Paris-Bordeaux, si vous le prenez deux mois à l'avance, le prix ne bougera pas, il sera à 31 euros. Mais cela ne convainc pas vraiment les voyageurs. "Je prends un billet de train quand j'en ai besoin. Je ne peux pas prendre des billets en avance quand je ne sais pas ce que je vais faire", s'insurge l'un d'eux. 

Les TGV Inoui, achetés à l'avance, eux, n'augmenteront pas. Concernant la carte Avantage aux quatre millions d'abonnés, son prix restera identique à 49 euros par an. Quant aux tarifs des trains Ouigo (un TGV sur cinq), l'offre à bas coût de la SNCF, ils seront, eux aussi, gelés. Sur un Paris-Rennes, par exemple, le billet Ouigo acheté à l'avance restera à 16 euros, l'Inoui à 20 euros et le billet acheté avec la carte Avantage à 39 euros maximum. Là, les voyageurs sont plutôt satisfaits. "Je pense que c'est plus intéressant les Ouigo parce qu'on a souvent des réductions même si les destinations sont plus restreintes", admet un jeune homme. 

Inflation des coûts de "13%"

Selon la SNCF, ces mesures représentent un effort, car la compagnie ferroviaire est aussi victime de la hausse des prix. "L'inflation est aujourd'hui de plus de 6%, l'ensemble de nos coûts pour le TGV sont de plus de 13%, tout simplement parce que la hausse du prix de l'énergie est de plus de 180% pour nous en 2023", explique Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs.

Les dernières augmentations annoncées concernent les frais d'échange de billet qui subissent aussi l'inflation. Dès janvier prochain, il vous en coûtera 19 euros, à partir d'une semaine avant le départ, contre 15 euros jusqu'à présent. "L'objectif est de libérer les places suffisamment tôt pour que d'autres clients puissent les racheter", indique Alain Krakovitch, directeur de TGV-Intercités. La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT) a salué des augmentations qui protègent notamment les jeunes. "Mais les trains sont de plus en plus pleins et les prix augmentent de plus en plus", a regretté Olivier Gazeau, le président de la FNAUT. "On voudrait de la transparence sur les prix, et plus d'offre pour répondre à la demande".

A l'étranger, les opérateurs ferroviaires sont tout aussi étranglés par les hausses de l'électricité : les opérateurs espagnols ont demandé mardi à leur gouvernement des "mesures extraordinaires" pour ne pas répercuter ces hausses sur les billets.


V. F - Reportage vidéo : Guillaume Bertrand, Charlotte Sébire et Patrick Ninine

Tout
TF1 Info