Le 20h

Grève à la SNCF : les vacances de Noël sont-elles menacées ?

TF1info | Reportage : Charlotte Gerbelot, Armelle Hanout, Gilles Parrot
Publié le 3 décembre 2022 à 13h06
JT Perso

Source : Le JT

Des milliers d'usagers ont dû annuler leur déplacement ce week-end.
Une grève des contrôleurs a provoqué la suppression de 60% des TGV et Intercités.
Les syndicats menacent déjà d'un nouveau mouvement pendant les vacances de Noël.

"C'est tous les ans à la même période, et c'est un réel handicap pour nous", soupire un voyageur en gare. Des trains à l'arrêt en décembre, ce n'est pas vraiment une surprise pour les habitués de la SNCF. Sur les vingt dernières années, on dénombre quatorze mouvements sociaux pendant le mois de décembre, dont trois à Noël. C'est l'inquiétude qui plane désormais : les trains rouleront-ils durant la période des fêtes, une des plus chargées de l'année ? 

La pénibilité n'est pas reconnue, les carrières s'allongent et les corps s'usent

Renald Szpitalnik (Sud-Rail)

Pour les grévistes, cette période est un moyen souvent efficace pour faire pression sur la direction. Une stratégie bien rodée, sur laquelle s'appuient cette fois les contrôleurs pour réclamer de meilleures conditions de travail. "On a l'impression que notre métier n'est pas reconnu à sa juste valeur", explique Renald Szpitalnik, élu du syndicat Sud-Rail, dans le reportage de TF1 en tête d'article. "On a un métier pénible", poursuit le contrôleur, "cette pénibilité n'est pas reconnue, les carrières s'allongent et les corps s'usent".

Une grève sans les syndicats, mais très suivie

Ces arguments permettront-ils de mobiliser de nouveaux cheminots d'ici aux trois prochaines semaines ? Ce n'est pas certain selon les experts, car cette fois, c'est un collectif de contrôleurs qui est à l'origine de la grève et non les syndicats habituels- même si le mouvement serait suivi à hauteur de 80%. "Ce sont des contrôleurs assez novices dans l'art des négociations", estime Gilles Dansart, spécialiste du transport ferroviaire, "ils ne sont pas habitués aux recherches de compromis entre direction et syndicats, et il n'est pas certain que leurs menaces soient mises à exécution".

Lire aussi

Les syndicats, en soutien du collectif de contrôleurs, ont déposé un préavis de grève pour les week-ends de Noël et du Nouvel An afin de mettre la pression sur la direction de l'entreprise. La SNCF a tout intérêt à trouver rapidement un accord avec les grévistes. Le coût d'une nouvelle grève serait très élevé pour la compagnie ferroviaire, qui espère pouvoir vendre plus de quatre millions de billets pour les voyages des fêtes de fin d'année. 


TF1info | Reportage : Charlotte Gerbelot, Armelle Hanout, Gilles Parrot

Tout
TF1 Info