Simples, doubles ou même carrés... Il existe de nombreuses formes de ronds-points.
Un nouveau type se développe en France : le rond-point à la hollandaise.
On vous explique.

Entreprises de travaux publics, bureaux d’étude, sociétés d’espaces verts… Le rond-point fait vivre de nombreux secteurs, comme le montre ci-dessus l'enquête du 20H de TF1 sur ce juteux business. Depuis leur essor dans les années 80, on en construit encore entre 500 et 1000 par an. Il y en a pour tous les goûts : des simples, des doubles, en forme de cacahuète, des ovales ou même des carrés. 

Priorité aux vélos

Mais connaissez-vous le petit dernier, le rond-point hollandais ? Tilla Quéré, aide-constructrice de travaux pour l’entreprise David TP, à Kersaint-Plabennec (Finistère), nous explique son principe dans le reportage de TF1. "C’est le fait de séparer visuellement et physiquement la bande cyclable du reste de la voirie afin d’assurer leur sécurité", déclare-t-elle. 

Une voie verte est ainsi dédiée aux cyclistes, et des nouvelles bandes blanches les éloignent de la circulation. Ajoutez à cela des panneaux "Cédez le passage" à l’intérieur du rond-point pour bien signifier la priorité aux vélos. Cela devrait changer le quotidien des 350 cyclistes qui empruntent chaque jour ce carrefour giratoire de Brest (Finistère). 

TF1

"Tous les giratoires ne justifient pas d’en avoir un à la hollandaise"

Cet aménagement coûte 94.000 euros pour la ville. Avec le développement du vélo, ce nouveau type de rond-point pourrait créer des opportunités pour cette société de travaux publics. "Comme le principe va sûrement se démocratiser dans les années à venir, c’est sûr que ça va nous créer beaucoup de chantiers", reprend Tilla Quéré. 

Mais la ville de Brest pourra-t-elle en mettre partout ? "Non, on n’a pas les moyens. Il faut sécuriser en fonction des priorités", répond Yohann Nédélec, vice-président en charge des mobilités de la ville de Brest. "Le giratoire à la hollandaise s’applique dans certaines configurations : beaucoup de véhicules et beaucoup de passages de vélos. Donc tous les giratoires ne justifient pas d’avoir un giratoire à la hollandaise", poursuit-il. 

Chaque année, en France, six milliards d’euros sont investis dans les ronds-points, dont deux milliards rien que pour la décoration. 


L.T. | Reportage TF1 : Julien Roux, Antoine Pocry, Christophe Moutot

Tout
TF1 Info