VIDÉO - Davantage de voyageurs... et moins de trains : pourquoi n'y a-t-il pas plus de TGV ?

par M.B | Reportage TF1 : Pierre Gallaccio, Arnaud Ifergane et Jean-Baptiste Robert
Publié le 3 août 2023 à 22h33, mis à jour le 4 août 2023 à 14h54

Source : JT 20h Semaine

Avec des ventes de billets record cet été, les TGV sont pleins à craquer pendant les vacances.
En cause, notamment, la flotte de trains de la SNCF : 526 rames TGV circulaient en France il y a dix ans, contre 415 aujourd'hui.
Mais le groupe ferroviaire a un plan pour proposer plus de places sans avoir plus de trains en 2025.

Les TGV sont pleins à craquer cet été et le record de billets de TGV vendus va même être battu. C'était 23 millions l'été dernier, ce sera 10% de plus cette année. Un succès mais aussi un casse-tête pour trouver une place au bon horaire lors des grands week-ends. Et pour cause, il y a dix ans, 526 rames TGV circulaient en France, contre 415, soit une centaine de moins aujourd'hui.

"Il y a dix ans, il y avait moins d'appétit pour le transport ferroviaire et pour le TGV donc il y avait sans doute trop de rames", explique Gilles Dansart, expert ferroviaire et transports, fondateur de Mobilettre. "Mais on en a sans doute aussi trop radiées, trop mises au garage par rapport à un objectif à l'époque qui était de faire le maximum de rentabilité possible", ajoute le spécialiste face à la caméra du 20H de TF1, dans le reportage visible en tête de cet article.

Moins de trains mais plus de places, répond la SNCF : +13 % en dix ans, grâce à des trains double étage et aux Ouigo, qui circulent deux fois plus que les TGV classiques. Malgré ça, la demande est telle que cela ne suffit pas. 

Les stocks de TGV sont à flux tendus

Une situation rarissime. Qui s'explique notamment par des stocks à flux tendus, car le TGV est devenu une denrée rare. Alors pour les faire rouler au maximum, la SNCF a intensifié leur entretien et d'anciens TGV, qui devaient cesser de rouler, voient leur durée de vie prolongée.

Pour trouver vraiment plus de billets disponibles l'été, il faudra attendre 2025, date des premières livraisons du nouveau TGV dont les essais en France viennent de débuter. La SNCF, elle, assure avoir un plan pour proposer plus de places sans avoir davantage de trains. 

Exemple avec la ligne Paris-Lyon, souvent saturée. "L'espace-temps entre deux trains actuellement est de l'ordre de 5 minutes. On va pouvoir progressivement le faire diminuer à quatre puis trois", avance Kian Gavtache, directeur général adjoint aux grands projets à SNCF Réseau. "Cela veut dire concrètement plus de trains au départ, on arrive plus tôt et donc une même rame peut dans la journée être réutilisée plus fréquemment", explique-t-il.

Tout ça grâce à une solution technique complexe qui ne sera totalement déployée qu'en 2030, date à laquelle la SNCF ambitionne d'avoir doublé son nombre de passagers. 


M.B | Reportage TF1 : Pierre Gallaccio, Arnaud Ifergane et Jean-Baptiste Robert

Tout
TF1 Info