VIDÉO - Pannes, retards et annulations sur le train Paris-Clermont : "Il faut faire quelque chose !"

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Claire Auberger et Baptiste Sisco
Publié le 26 janvier 2024 à 10h12, mis à jour le 26 janvier 2024 à 10h20

Source : JT 20h Semaine

Le patron de la SNCF est convoqué par le ministre de la Transition écologique.
Il va devoir s'expliquer sur les multiples dysfonctionnements de la ligne Paris-Clermont.
Le week-end dernier, 700 voyageurs ont mis plus de 11 heures pour effectuer leur trajet.

L’incident, de nuit et par grand froid, avait fait parler. Le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu a annoncé avoir convoqué le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou après la panne d’une locomotive sur le Paris-Clermont, qui a bloqué 700 voyageurs toute une nuit dans un train vendredi 19 janvier. Le patron de la SNCF "devra vendredi me proposer un plan de mesures concrètes et immédiates" pour cette ligne régulièrement touchée par des incidents.

Monter à bord d’un Paris/Clermont-Ferrand ne va pas sans une légitime appréhension, à en croire une habituée de la ligne, sollicitée par TF1 dans la vidéo ci-dessus : "J'ai connu de gros retards, avec des arrivées à une heure ou deux heures du matin." La galère de vendredi 19 janvier reste encore gravé dans toutes les mémoires. Le train, dont la locomotive est tombée en panne, a dû être dépanné jusqu’en gare de Montargis où des plateaux-repas ont été distribués, avant de poursuivre sa route jusqu’à sa destination finale plus tard dans la nuit. Des passagers ont partagé sur les réseaux sociaux leur désarroi dans un train sans chauffage, ni électricité, ni eau. 

L'étudiant, interrogé de TF1, devait prendre ce train. Il est finalement parti le lendemain de cette monstrueuse galère : "C'est un peu problématique si ça se répète et que ce n'est pas la première fois", dit-il. "Au bout d'un moment, il faut faire quelque chose".  

Le vieillissement des trains, en cause

En 2023, sur la ligne Paris/Clermont-Ferrand, la SNCF a dénombré 121 retards supérieurs à une heure, 33 de plus de deux heures et 38 suppressions de train. Soit l’une des pires du réseau. Comment expliquer une telle débâcle ? Le vieillissement des trains Corail, qui datent des années 80 (voir cette image ci-dessous, prise du sujet de TF1).

undefinedundefinedTF1

Une passagère, dans le sujet de TF1, pense que la SNCF a privilégié les lignes TGV au détriment de cette ligne : "On a laissé un peu tomber les lignes de province et de province secondaire", constate-t-elle. Pour remédier à cette situation, un plan de rénovation s'avère désormais sur les rails avec des travaux d’ampleur sur les voies. Un programme de modernisation de la ligne lancé avec notamment l’arrivée de nouveaux trains, baptisés "Oxygène", dont la livraison est prévue pour 2026. L’État a également engagé des travaux sur la ligne à hauteur d’un milliard d’euros, dont une première tranche a été débloquée par l’ancien ministre délégué aux Transports Clément Beaune en novembre.

Une mise à jour plus que nécessaire, mais qui n'en demeure pas moins insuffisante pour le collectif "Les usagers du train Clermont-Paris". "On mettra au mieux 3h06 pour faire un Clermont-Paris direct", assure sa porte-parole, dans le sujet de TF1. "En 2008, on mettait 2h58. En quelques dizaines d'années, on a rallongé le temps de parcours de 8 minutes". La solution proposée par ce collectif ? Une ligne dédiée jusqu’à Montargis, qui mettrait Clermont-Ferrand à deux heures et demie de Paris. Une solution plus coûteuse qui, pour l'instant, n'a pas les faveurs de L’État.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Claire Auberger et Baptiste Sisco

Tout
TF1 Info