Le 13H

"Ubuesque" : Stellantis contraint de stocker ses voitures neuves sur un vieil aérodrome

Léa Tintillier | Reportage TF1 Éléonore Payro, Grégory Martin
Publié le 24 novembre 2022 à 17h44
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Depuis plusieurs jours, des milliers de voitures neuves sont bloquées sur le site Stellantis de Sochaux.
Le parking habituellement réservé aux employés ne suffit plus.
L’entreprise est contrainte de les stocker sur un aérodrome désaffecté.

Plusieurs centaines de voitures neuves, en attente de livraison à leurs propriétaires, stationnées sur une piste d’atterrissage. Depuis quelques jours, le tarmac de l’aérodrome de Lure-Malbouhans, désaffecté, est devenu une zone de stockage pour le constructeur automobile Stellantis. Des camions chargés font la navette entre ce parking improvisé de 240 hectares en Haute-Saône et l’usine de Sochaux dans le Doubs, à 40 kilomètres de là. 

Car le site de Stellantis déborde. Depuis une semaine, des milliers de véhicules neufs occupent tous les espaces disponibles, comme le parking habituellement réservé aux employés. L’usine produit 1100 voitures chaque jour et en réceptionne également d’autres sites européens. "C’est ubuesque pour un site comme le nôtre. On a eu des problématiques de pièces qui n’arrivaient pas. Aujourd’hui, on a des problématiques de voitures qu’on ne peut plus évacuer. Ça devient compliqué. Pour nous, FO, l’essentiel, c’est que les salariés du site de Sochaux et des autres sites, parce que les autres sites sont aussi impactés, ne s’arrêtent pas de travailler à cause de ça", clame Éric Peultier, délégué syndical Force Ouvrière. 

Contactée, la direction de Stellantis évoque un secteur de la logistique en crise : pénurie de chauffeurs routiers depuis le Covid puis la guerre en Ukraine, flotte de camions non renouvelée et congestion des ports. L’entreprise assure chercher des solutions. "Toutes les équipes logistiques sont mises en place. Elles travaillent sept jours sur sept pour estomper ces manques. On a mis en place des choses avec les concessions. Les concessionnaires viennent chercher directement les véhicules", expliquait Laurent Oechel, délégué syndical central ajdoint CFE-CGC de Stellantis, dans un reportage de TF1 ce lundi.

Un changement de prestataire aussi en cause

D’après Éric Champarnaud, expert du marché automobile, le récent changement de prestataire du constructeur est aussi en cause. "Pendant très longtemps, on a fonctionné chez Stellantis avec un prestataire unique qui connaissait bien les rouages, les procédés. De nouveaux prestataires sont arrivés, les prix ont été âprement négociés. À force de négocier les prix, on a des problèmes de qualité", affirme-t-il. 

Lire aussi

Avec des conséquences directes sur les clients. D’après Éric Champarnaud, l’entreprise a des difficultés à tracer la livraison et à identifier où envoyer les voitures sorties d’usine. Certaines sont même égarées. Ces problèmes logistiques s’ajoutent à des retards de production. Entre la commande et la réception de leur voiture, les nouveaux propriétaires pourraient attendre plus d’un an. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Éléonore Payro, Grégory Martin