En 40 ans, la part du nombre d'ouvriers en France n'a cessé de diminuer, quand celle des cadres, elle, a triplé.
Plus de la moitié des Français exercent aujourd'hui une profession intermédiaire ou sont employés.
L'étude annuelle sur les professions de l'Insee, d'où sont tirés ces chiffres, donne aussi quelques enseignements sur les conditions de travail des Français ces dernières années.

La métamorphose professionnelle des Français se poursuit. Depuis 40 ans, la proportion de travailleurs au sein des différents types de métiers a beaucoup changé. Chaque année, le "portrait des professions" réalisé par l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) rappelle que ces évolutions se poursuivent d'une année sur l'autre. En 40 ans, la part du nombre d'ouvriers en France n'a cessé de diminuer, quand celle des cadres, elle, a triplé.

Dans le détail, la proportion des ouvriers a baissé de façon continue, passant de 29,9% en 1982 à 18,9% en 2022. La raison principale ? Une baisse marquée de la part des ouvriers peu qualifiés parmi les personnes en emploi. Dans le même temps, la part des cadres parmi les personnes en emploi a presque triplé sur la période, passant de 8% en 1982 à 21,7% en 2022. Cette fois, cette augmentation peut s'expliquer "du fait de l'élévation du niveau des qualifications et de la tertiarisation de l'économie", selon l'étude.

Stabilité du nombre d'employés en 40 ans

Autre constat : les agriculteurs se font, eux aussi, bien moins nombreux ces dernières années que dans les années 80. S'ils représentaient 7,5% des personnes en emploi en 1982, leur part est désormais équivalent à moins de 2% en 2022. Ce "portrait des professions" permet par ailleurs de prendre conscience de la relative stabilité de la part sur le marché du travail des employés (26,4% en 1982 contre 26% en 2022). La part des personnes engagées dans des professions intermédiaires est, elle, en légère hausse depuis 40 ans (18,8% contre 24,6%). En 2022, plus de la moitié des travailleurs français faisaient donc partie d'une de ces deux catégories.

Le rapport de l'institut statistique livre par ailleurs quelques données intéressantes sur les conditions de travail en France. Ainsi, les professions peu qualifiées sont aujourd'hui davantage occupées par les plus jeunes : les 15-24 ans en emploi sont en moyenne moins diplômés que les autres jeunes de leur génération. Autre information instructive : la part de travailleurs effectuant des horaires atypiques en fonction de leur secteur d'activité. De cette manière, les plus touchés par le travail de nuit (25%) et le travail de soir sont les agriculteurs. 9 paysans sur 10 travaillent aussi le week-end.

Enfin, l'étude de l'Insee souligne également les inégalités de répartition par sexe en fonction des catégories socioprofessionnelles. Les agriculteurs, les artisans, commerçants et chefs d'entreprise, les ouvriers ainsi que les cadres demeurent les professions les plus masculines, à l'inverse des employés – des postes davantage occupés par des femmes.


T.A. avec l'AFP

Tout
TF1 Info