Bonne nouvelle pour l'emploi : le groupe automobile Stellantis annonce le recrutement de 1200 personnes en France dès cette année.
Les postes concerneront les métiers de la production, de l'ingénierie et du commerce.

De nombreux postes à pourvoir. Le groupe automobile Stellantis a annoncé lundi 3 avril qu'il prévoyait de recruter 1200 salariés en France au cours de l'année 2023. "Nous avons recruté 1050 personnes en 2022 en France et prévoyons d'en recruter davantage en 2023", a indiqué dans un communiqué Xavier Chéreau, directeur des ressources humaines du groupe.

Stellantis, né de la fusion de PSA (Peugeot, Citroën, Opel) avec FCA (Fiat, Chrysler), a précisé aux syndicats son intention de recruter "pour les métiers de la production, de l'ingénierie et du commerce". "La transition énergétique impose une évolution sans précédent de l'outil de production avec, pour certains sites, des reconversions complètes, permettant de passer de la fabrication de moteurs thermiques, dont l'activité industrielle et d'ingénierie se poursuit en France, à la production des moteurs électriques ou de batteries de technologie française", souligne le groupe.

De nombreux départs dans le monde depuis 2021

En 2022, 13.000 salariés ont été formés à l'électrification, sur les sites de Trémery-Metz (Moselle) ou Douvrin (Nord). Stellantis doit inaugurer le 30 mai à Douvrin sa première usine européenne de batteries. 80 salariés de l'usine historique y travaillent déjà, et "au moins 400 salariés" auront intégré l'usine en 2024.

Le sixième constructeur automobile mondial a fait ces annonces alors que sa masse salariale a fondu ces dernières années.  Avant la fusion début 2021, les groupes PSA et Fiat-Chrysler comptaient à eux deux près de 300.000 salariés dans le monde. Deux ans après la fusion, fin 2022, plus de 26.000 salariés n'étaient plus dans les rangs de l'entreprise, qui comptait alors un total de 272.367 employés sur la planète, selon le rapport financier annuel de Stellantis.

Ces départs ont notamment eu lieu en Europe. L'entreprise a réduit son empreinte sur ce marché, où elle réalise la majeure partie de ses ventes, tandis que l'essentiel des profits vient d'Amérique du Nord. En outre, le groupe, qui a enregistré un bénéfice net record de 16,8 milliards d'euros en 2022, a prévu de redistribuer deux milliards d'euros à ses salariés.


I.N avec AFP

Tout
TF1 Info