REPORTAGE - Emploi des seniors : faut-il suivre l'exemple italien ?

par La rédaction de TF1 TF1 | Reportage Quentin Fichet, Jean-Philippe Hequette
Publié le 9 avril 2024 à 11h52

Source : JT 20h Semaine

Comment peut-on augmenter le nombre de personnes travaillant après 55 ans ?
Patronat et syndicats étaient réunis lundi pour mettre fin à cette anomalie française.
Seuls 57 % des seniors ont un travail en France, très inférieur à la moyenne européenne.

L'entreprise se situe sur les hauteurs du village de Montecchio, en Ombrie (Italie). Parmi les employés de la production d'huile d'olive, Franco Moretti, 63 ans. Il aimerait arrêter travaillé, mais il devra attendre encore un peu. Depuis 2011 en Italie, l'âge légal de départ en retraite est fixé à 67 ans. "J'aurai encore l'envie et l'enthousiasme de faire les choses, mais malheureusement ce qui m'affaiblit, ce sont mes douleurs, l'arthrose. Le plus gros effort, c'est de décharger les caisses d'olives. L'an dernier, j'en ai déchargé 520.000 kg", confie-t-il dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article.

Les jeunes, il y en a peu. Donc, c'est une chance d'avoir ces seniors au travail.
Gianni Ricci, propriétaire du Moulin Alessandro Ricci

Son patron, Gianni Ricci, propriétaire du Moulin Alessandro Ricci, ne bénéficie d'aucune aide particulière pour embaucher des seniors, mais de toute façon, il a besoin de main-d’œuvre. "Évidemment, avoir quelqu'un comme Franco, qui fait le boulot depuis des années, moi, ça me rassure. Il a l'expérience, et du coup, il est beaucoup plus autonome. Et puis l'Italie est un pays de vieux. Les jeunes, il y en a peu. Donc, c'est une chance d'avoir ces seniors au travail", reconnaît-il.

L'Italie est en effet l'un des pays au monde où la population est la plus vieille. Un Italien sur quatre a plus de 65 ans. Alors, Paola Casadei, employée des transports, le sait bien, pour tenir le rythme, il faut gérer son effort. À 64 ans, comme beaucoup, elle s'est vue proposer un nouvel emploi du temps, moitié au bureau, moitié en télétravail. "Bien sûr, ça allège mes dernières années de travail, et il m'en reste encore quatre. Du point de vue de la santé, c'est mieux. Je mange à la maison, pas dehors. Mais ça isole aussi, et ça rend ma fin de carrière un tout petit peu triste", constate-t-elle. À l'image de Paola, entre 64 et 69 ans, 14 % des Italiens travaillent encore. C'est le double d'il y a dix ans.


La rédaction de TF1 TF1 | Reportage Quentin Fichet, Jean-Philippe Hequette

Tout
TF1 Info