"Mais vous êtes là pour travailler ?" : elles sont menuisières, plâtrières ou plombières, en dépit des préjugés

par La rédaction de TF1info | Reportage : Julien Roux, Iker Zabala
Publié le 9 mars 2024 à 11h11

Source : JT 20h WE

Si les pionnières ont su se faire leur place, la proportion des femmes dans le bâtiment est encore marginale.
Des plâtrières, des maçonnes, ou encore des plombières, ont décidé de se fédérer au sein d'un réseau "BatiFemme".

Elle travaille plus vite que son ombre. Aude Rideau, 39 ans, est plâtrière depuis quinze ans, mais rien ne la destinait à ce métier, comme elle le raconte dans le reportage du 20H en tête de cet article. Elle était ouvrière dans une usine agroalimentaire, lorsqu'un jour, elle a eu une révélation sur un chantier. "Le plâtre, c'est une matière hyper agréable à travailler, c'est ce qui m'a fait aimer ce métier", explique-t-elle au micro de TF1. 

Quand on me voyait arriver derrière mon patron, et qu'on me disait "mais vous êtes là pour travailler" ?
Aude Rideau

Après une formation de six mois, elle se fait embaucher par un plâtrier, mais elle doit lutter contre les préjugés de certains clients. "Quand on me voyait arriver derrière mon patron, et qu'on me disait 'mais vous êtes là pour travailler ?'", se souvient-elle. C'est par son travail efficace et minutieux, qu'elle parvient à se distinguer. Désormais installée à son compte, elle peut mieux se faire connaître grâce à un site internet : "BatiFemmes".

Des artisanes plus à l'écoute des clientes

La plateforme met en relation des artisanes avec de potentiels clients. Derrière ce site, on découvre Emmanuelle Taulet et Karine Santamaria. Elles travaillaient dans l'événementiel, mais une expérience personnelle leur a fait changer de voie. "Ma maman recherchait un plombier, et m'a demandé si mon mari pouvait être à ses côtés, parce qu'elle se sentait plus en sécurité, ou en tout cas plus écoutée et traitée d'égal à égal", explique Karine, pour qui cette anecdote a été le déclic. Grâce à ce site, qui pour l'instant référence 110 artisanes, Adelaïde a pu augmenter le chiffre d'affaires de son entreprise de menuiserie.

Si la France compte 14.000 artisanes, elles ne représentent encore que 4% du nombre total de professionnels. Aujourd'hui, une nouvelle génération arrive dans le secteur, comme Inès Lefebvre, 25 ans, apprentie chez Les Compagnons du Devoir. Des femmes bienvenues dans un secteur en manque de main d'œuvre : 220.000 emplois sont non pourvus dans les métiers du bâtiment. 


La rédaction de TF1info | Reportage : Julien Roux, Iker Zabala

Tout
TF1 Info