Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Télétravail : face aux critiques des syndicats, voici le guide des bonnes pratiques du ministère

La rédaction de LCI
Publié le 11 mai 2020 à 15h00, mis à jour le 12 mai 2020 à 17h48
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

A DISTANCE - Le ministère du Travail a publié sur son site un guide du télétravail pour le déconfinement, sous forme de questions-réponses à destination des employeurs et des salariés. De leur côté, les syndicats dénoncent l’absence d’encadrement légal de la pratique.

Même en déconfinement, le télétravail reste la norme quand cela est possible. Selon le ministère du Travail, qui vient de publier un guide posant les grands principes, environ cinq millions de personnes travaillent actuellement de cette manière. Mais au fil des dernières semaines de confinement, la plupart des syndicats ont tiré la sonnette d’alarme sur les dangers que représente, selon eux, ce mode de fonctionnement qui a été déployé à grande échelle dans les entreprises sans toujours être encadrer. 

De leur côté, les organisations patronales -Medef et la CPME- reconnaissent que le télétravail a parfois été déployé à marche forcée et rappellent qu’il existe déjà un cadre légal planté par les lois Macron de 2015. Il prévoit la négociation d’accords collectifs dans les entreprises. Non obligatoires, ils peuvent prendre la forme d’une charte. Mais les modalités d’exercice, comme les horaires, la charge de travail ou encore la fourniture des outils, sont assez libres. 

Lire aussi

Risque de burn-out selon la CGT

C’est en partie ce que dénoncent les syndicats, qui ont, chacun de leur côté, mené des enquêtes pendant le confinement. Ils dressent donc un constat peu brillant quand le télétravail est pratiqué à temps complet : charge de travail inadaptée, isolement, sursollicitation, voire risque de burn-out selon l'Ugict-CGT. Ce constat est renforcé par plusieurs études indépendantes. La dernière en date s'appuie sur les données recueillies par NordVPN Teams, une solution de cybersécurité pour les sociétés. Elle montre une augmentation "spectaculaire" de l’utilisation des VPN d’entreprises. La durée moyenne de la journée de travail s’est ainsi allongée de 25 %, soit 2 heures supplémentaires. Les employés commencent notamment plus tôt, pour finir à la même heure que d'habitude. 

Les syndicats plaident donc pour une remise à plat de la législation (notamment la CGT) ou de nouvelles négociations interprofessionnelles. Le patronat, appuyé par le ministère, penche plutôt pour négocier des accords quand il n’y en a pas ou améliorer ceux qui existent. "Si le résultat de la négociation arrive en septembre-octobre, c'est intéressant pour le futur. Mais ce ne sera pas opérationnel pour la phase qui vient", avait souligné Muriel Pénicaud, la ministre du Travail. 

Voici en tout cas, pour l'instant, le rappel des grands principes, sur le site du ministère du Travail :


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info