Le 20h

Absentéisme au travail : cette commune va verser une prime à ses agents assidus

TF1 | Reportage Guillaume Ployé - Nicolas Forestier
Publié le 15 février 2022 à 13h33
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Que faire pour lutter contre l'absentéisme au travail ?
La commune de Saint-Loubès, en Gironde, pense avoir trouvé la solution.

À Saint-Loubès, commune de près de 10.000 habitants aux portes de Bordeaux, l'absentéisme des 150 agents communaux est près de deux fois supérieur à la moyenne nationale. Mais d'ici quelques mois, les plus assidus d'entre eux vont toucher une prime pour leur présence : jusqu'à 800 euros bruts par an. 

"Ça récompense ceux qui ne sont pas arrêtés, qui ne s'arrêtent pas souvent, par rapport à ceux qui sont malades, c'est bon à prendre", réagit un employé municipal dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Mais un de ses collègues souligne que le dispositif est  "un peu discriminatoire pour ceux sont malades : eux qui n'ont pas choisis d'être malades n'auront pas le droit à cette prime".

Une prime versée à partir de moins de 12 absences par an

Selon la municipalité élue en 2020, le remplacement des absents a coûté près de 600 000 euros à la commune l'an dernier. Dans la majorité des cas, il s'agit d'arrêts de travail pour des maladies dites "ordinaires". "Cela représente l'équivalent de 25 agents qui auraient été absents en permanence, indique à TF1 la maire (SE) de Saint-Loubès, Emmanuelle Favre. Donc ça fait un nombre d'heures important et surtout une désorganisation des services, et du coup un travail conséquent pour les agents qui sont là".

Lire aussi

Destinée à limiter les abus, la prime versée est dégressive. Pour la percevoir, les agents municipaux ne doivent pas être absents plus de 12 jours par an. "Moins de 12 jours, vous aurez cette prime au moins partiellement, et en dessous de quatre jours sur l'année, c'est une prime de 800 euros qui sera donnée à l'agent concerné", poursuit Emmanuelle Favre. Les arrêts liés au Covid, aux décès d'un proche ou à un enfant malade sont exclus de ce décompte. 

À Saint-Loubès, les habitants sont partagés sur le dispositif dont le coût est estimé à 70 000 euros par an. Une habitante regrette que la mesure ne fasse pas la distinction "entre les tire-au-flanc et les vrais malades". "Le fait d'avoir une prime pour être présent, je pense que ça va éviter pas mal d'absentéisme pour de la "bobologie"", juge un autre. Cette première prime de présence calculée sur 2021 sera versée au mois de mai. 70% des employés communaux vont intégralement ou partiellement en bénéficier.


TF1 | Reportage Guillaume Ployé - Nicolas Forestier

Tout
TF1 Info