VIDÉO - Hausses de salaires : quels métiers sont les mieux lotis ?

V. Fauroux | Reportage vidéo Charles Diwo, William Wuilemin et Patrick Ninine
Publié le 20 septembre 2022 à 11h34

Source : JT 20h WE

Dans certains secteurs, nul besoin d'un mouvement social pour obtenir une augmentation.
La pénurie de candidats est telle qu'elle pousse les patrons à procéder à des revalorisations.
Celles-ci atteignent les +10% en moyenne, selon une étude.

Crise du Covid, inflation... Certaines entreprises doivent faire un effort sur les rémunérations pour rester attractives. A la clé, des augmentations d’une ampleur inédite depuis 20 ans, dévoile l'étude annuelle réalisée par le cabinet de recrutement PageGroup. Celle-ci se base sur plus de 800 métiers dans 24 secteurs d'activité. En s’appuyant sur les salaires octroyés par les entreprises au premier semestre, cette enquête montre que les plus fortes augmentations se trouvent parmi les comptables (+7 %), les contrôleurs de gestion (+9 %) ou encore dans le secteur des nouvelles technologies avec les ingénieurs data (+8 %).

+16% dans l'industrie pharmaceutique

Illustration avec ce patron d'une entreprise de cybersécurité, interrogé par le JT de 20H de TF1 dans la vidéo en tête de cet article. Il avoue être désormais prêt à tout pour embaucher, à commencer par une très forte augmentation des salaires. "Les candidats nous demandent des augmentations de salaire relativement importantes par rapport aux critères, notamment de 2021, avec des variations qui vont de 6%, à parfois 20 % en fonction des niveaux des postes", explique Laurent Delaporte, président du groupe Orians, dans la vidéo en tête de cet article.

Mieux, il n’y a pas forcément besoin de changer d’entreprise pour en bénéficier. "La question qu'on se pose, c'est tel collaborateur, à quel salaire pourrait-il être embauché pour être capable de le retenir dans l'entreprise ?", poursuit le chef d'entreprise. Et il n'est pas le seul à penser ainsi. En moyenne, un salarié en informatique va voir son salaire augmenter de 5%, et dans le secteur du bâtiment, où la pénurie de main-d’œuvre est visible, c'est 8% de hausse. Mention spéciale pour ceux travaillant dans l'industrie pharmaceutique, ils pourraient gagner 16% de plus sur un an, avance l'étude de PageGroup.

undefinedundefinedTF1

Comment expliquer toutes ces hausses ? Il y a bien sûr l'inflation, mais ce n'est pas tout, selon Laurent Blanchard, directeur général de Michael Page France. "Il y a une loi de l'offre et de la demande qui s'est installée et qui est désormais en faveur des salariés, ce qui les met tout simplement dans une position de force, beaucoup plus qu'il ne l'était par le passé. Les profils sont tellement convoités que ce sont plutôt eux qui fixent les prix que l'inverse", explique le recruteur.

À l'image de ce qui se passe dans la restauration, l'un des premiers secteurs à avoir augmenté les salaires en moyenne de 15%. Ce qui a permis de recruter : en avril, il y avait 360.000 postes à pourvoir. En septembre, il y en a 310 000, c'est 50.000 de moins. "Il est évident que la rémunération est importante et déterminante pour pouvoir recruter du personnel", confirme Vincent Sitz, restaurateur et président de la commission emploi de formation au GNI. 

À croire que pour être attractif, il faut sortir le carnet de chèques, au risque, sinon, de voir ses salariés partir à la concurrence.


V. Fauroux | Reportage vidéo Charles Diwo, William Wuilemin et Patrick Ninine

Tout
TF1 Info