Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Confinement : les apprentis inquiets de ne pouvoir mettre en pratique leur formation

Publié le 27 novembre 2020 à 13h08, mis à jour le 27 novembre 2020 à 14h43
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'essentiel

REPORTAGE - De l'hôtellerie à la restauration, des centaines de milliers d'apprentis sont en difficulté en cette période de crise sanitaire. À Émerainville (Seine-et-Marne) comme dans tout le pays, ils ont accumulé beaucoup de retard.

À Émerainville, il ne reste plus que les cours de découpage à Mathieu Duchesne pour se former au métier de cuisinier. Le restaurant où il travaille en alternance a fermé le 30 octobre dernier, et tous les programmes de formation ont été perturbés. Les enseignants font tout ce qu'ils peuvent pour maintenir les apprentis à niveau, même si le restaurant de l'école ne peut plus accueillir des clients. Désormais, le service est simulé par les élèves en bac pro, alors qu'ils auraient aimé peaufiner leurs techniques dans des conditions réelles. Cette année, 80% des apprentis sont privés de formation. "Ce qui suscite une perte de motivation pour beaucoup", a affirmé Didier le Mat, formateur de service en salle au CFA UTEC.

À une cinquantaine de kilomètres plus au Sud, Quentin Brismontier, apprenti en dernière année de BTS hôtellerie-restauration, est inquiet. Il doit valider son diplôme dans six mois, mais il craint d'échouer à l'examen. Les apprentis à travers tout le pays sont obligés de revoir leurs ambitions professionnelles à la baisse.