REPORTAGE - En plus des personnels en vacances, de plus en plus d'entreprises font face à la multiplication des arrêts maladie. Comment gèrent-elles la situation ?

Au fil des jours, la revue d'effectifs est de plus en plus courte pour Olivier Fakhri, grossiste. Il emploie 60 salariés en temps normal, mais aujourd'hui, près d'un quart manque à l'appel. Certains sont positifs au coronavirus, d'autres cas contact, donc à l'isolement, et cela pénalise fortement l'activité de l'entreprise. "Il y a une baisse de chiffre d'affaires qui est difficilement quantifiable, mais qui est effectivement existante", explique Olivier.

Alors pourquoi ne pas remplacer les absents par des intérimaires ? Tout simplement parce qu'il est difficile de trouver des personnes qualifiées. Il va donc falloir se serrer les coudes et espérer que le virus épargne les salariés encore présents.

En décembre, le nombre d'arrêts maladie a été multiplié par sept. Des records qui inquiètent Priscilla Hayertz, gérante d'une boulangerie. Deux de ses huit salariés sont absents. Pour soulager les entreprises, le gouvernement pourrait réduire la durée d'isolement des salariés cas contact. Elle varie aujourd'hui de sept à dix-sept jours.


TF1 | Reportage J. Cressens, P. Corrieu, A. Pocry

Tout
TF1 Info