Actuellement, 850.000 emplois saisonniers sont à pourvoir immédiatement dans le pays.
Dans le secteur agricole, les employeurs font venir parfois de très loin la main d'œuvre indispensable.

Dans une serre du Lot-et-Garonne, on trouve sept nationalités différentes. La plupart de ces saisonniers passent six mois ici et le reste de l'année dans leurs pays. D'autres, comme Tanya, se sont installés ici en France avec leurs familles. Ils peuvent gagner, avec les heures supplémentaires, plus de 2000 euros net par mois et sont logés gratuitement.

Parmi plus de 150 employés, Georgette Bernat est la seule Française. Elle travaille ici depuis plus de 30 ans. Progressivement, ces 20 dernières années, les étudiants et saisonniers français ont disparu des champs. Il n'y a plus aucune candidature, même pour les postes de chef d'équipe.

Dans le département voisin des Landes, les saisonniers viennent de l'autre bout du monde, principalement d’Équateur et de Colombie. Ils font un voyage de plus de 9000 kilomètres pour ramasser des asperges. Denis Léon, travaille dans les Landes depuis huit ans. Il est devenu responsable de la récolte. Petit à petit, il a fait venir sa famille puis ses proches. Pour faire venir les saisonniers, Nadège Fleuriot, responsable des ressources humaines de la ferme Feros, se charge du côté administratif. C'est un travail à plein temps pendant plusieurs mois. "On a fait 150 dossiers : une fois que l'autorisation de travail est validée", on peut faire la demande de visa", explique-t-elle tout en précisant que "personne ne répond" quand elle passe "une annonce à Pôle emploi" alors qu'elle a besoin de monde.


La rédaction de TF1 | Reportage : Yaël Chambon, Christophe Brousseau, Nicolas Forestier

Tout
TF1 Info