Vers la fin de la prime à l'embauche pour les contrats de professionnalisation ?

par M.G
Publié le 16 avril 2024 à 10h16, mis à jour le 16 avril 2024 à 11h42

Source : TF1 Info

Le ministère du Travail envisage de supprimer, à compter du 1ᵉʳ mai prochain, l'aide à l'embauche pour les alternants en contrat de professionnalisation.
Un projet de décret en ce sens a été envoyé aux partenaires sociaux, a appris lundi l'AFP.

Une économie supplémentaire. Face aux difficultés budgétaires, avec un déficit qui ne cesse de s'accentuer et une dette qui continue de se creuser, le gouvernement cherche de nouvelles pistes. Dans cette optique, l'aide à l'embauche pour les contrats de professionnalisation pourrait passer à la trappe. Le ministère du Travail a envoyé un projet de décret aux partenaires sociaux en vue de supprimer ce dispositif à partir du 1ᵉʳ mai prochain, a appris lundi l'AFP. L'exécutif souligne qu'"au regard des prévisions de croissance et de la hausse du déficit public (5,5% du PIB), des mesures de réduction du budget de l'État ont été décidées sur certains dispositifs relevant notamment du champ de l'emploi et de la formation professionnelle"

Pour rappel, en juillet 2020, pendant la crise du Covid-19, le gouvernement avait mis en place des aides pour soutenir l'emploi des jeunes avec une prime pour les embauches d'apprentis ou de salariés en contrat de professionnalisation de moins de 30 ans. Depuis le 1ᵉʳ janvier 2023, elles sont d'un montant de 6000€. Or, dans son état actuel, le document vise à "supprimer, pour les contrats conclus dès le 1ᵉʳ mai 2024, l'aide aux employeurs de salariés en contrat de professionnalisation". Le cas échéant, ce coup de pouce ne serait plus réservé qu'au recrutement des apprentis en formation initiale. 

S'en prendre aux formations en alternance n'est pas une bonne idée
Confédération des PME

En actant en février 10 milliards d'euros de coupes budgétaires, le gouvernement avait prévu 1,1 milliard de crédits annulés pour la mission "travail et emploi". Cette mesure doit y contribuer. "S'en prendre aux formations en alternance n'est pas une bonne idée", critique la Confédération des PME. "Si la nécessité de réduire les dépenses publiques ne fait pas débat, il convient de bien cibler celles dont l'utilité n'est pas prouvée", ajoute l'organisation, qui appelle "le gouvernement à bien mesurer l'enjeu de la suppression" de cette aide.

Selon les dernières données de la Dares, en 2023, 116.000 contrats de professionnalisation avaient été conclus. Fin janvier 2024, on ne comptait plus que 90.700 personnes avec un tel statut. 


M.G

Tout
TF1 Info