Le 20h

Emploi : les recruteurs innovent pour trouver des conducteurs de bus et de trains

TF1 | Reportage Guillaume Bertrand, Romain Reverdy et Philippe Véron
Publié le 6 décembre 2022 à 9h48
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le manque de conducteurs figure parmi les problèmes auxquels la SNCF est confrontée.
C’est aussi le cas pour d’autres entreprises de transport qui font tout pour attirer les candidats.
Une pénurie nationale qui dure depuis maintenant plusieurs mois.

Il s’agit peut-être de votre futur chauffeur de bus. Avec sa conduite prudente et assurée, Karl a en tout cas convaincu un recruteur de Transdev, et il y a urgence. Cette société de transport cherche 500 conducteurs en Île-de-France. 

L’entreprise a sorti le grand jeu avec ce bus itinérant, qui va à la rencontre des candidats. Une fois le test passé, les recruteurs ne perdent pas de temps. La promesse de Transdev : trois mois de formation et le financement du permis D avec, à la clé, une embauche en CDI. Le salaire, lui, est de 1 900 euros brut par mois. Des conditions de travail jugées difficiles.

Des primes ou du temps partiel pour rendre le poste attractif

Le mal-être des salariés du transport oblige les opérateurs à innover. La RATP, par exemple, verse une prime de 450 euros aux chauffeurs les plus assidus. Keolis propose des CDI à temps partiel aux étudiants. Quant à la SNCF, à la recherche de 1 000 conducteurs, elle a dû élargir son recrutement.

Lire aussi

Tous les profils sont acceptés. Stéphan était formateur dans l’informatique. Le voilà bientôt aux commandes d’un train à 54 ans. Il est payé pendant sa formation, à 2 000 euros brut par mois, et embauché immédiatement. Pour recruter encore plus vite, la SNCF expérimente même un cursus express qui passerait pour un conducteur de trains de douze à dix mois.


TF1 | Reportage Guillaume Bertrand, Romain Reverdy et Philippe Véron

Tout
TF1 Info