Dans de nombreux pays, les futurs salariés, quel que soit leur âge, font des stages en entreprise pour vérifier par eux-mêmes si l'emploi proposé est susceptible de leur plaire.
En France, le dispositif, baptisé "Immersion Facilitée", s'avère encore très peu développé.
Le JT de TF1 est allé à la rencontre de candidats qui en ont fait l'expérience.

Olivier Morice, stagiaire en immersion, 26 ans, était chef de projet dans une société de conseil. Depuis un mois, il est stagiaire sur un chantier de l'entreprise Herminette, car il voudrait devenir charpentier. Mais avant de se lancer dans une formation, il veut essayer dans une vraie entreprise pour confirmer que c'est ce qu'il veut faire. L'employeur a mis à profit ce mois de stage pour s'assurer qu'il misait sur le bon candidat. 

"On sait très vite ce dont ils sont capables sur les chantiers et on se fait une idée pour la suite", constate Estelle Pollet, responsable RH de l'entreprise, dans le reportage du JT de TF1 à retrouver en tête de cet article.

Les allocataires continuent de toucher leurs indemnités

Ce dispositif a un nom : il s'appelle "Immersion Facilitée", directement géré par Pôle emploi. Créée en 2014 par la loi relative à la formation professionnelle, la période de mise en situation en milieu professionnelle (PMSMP) est une forme de stage d’observation d’une semaine à un mois. 

Cette mise en situation professionnelle permet au candidat de "tester"un emploi et à l’employeur d’éviter les erreurs de casting. Pour en faire une, si vous êtes demandeur d'emploi, vous pouvez rechercher un stage près de chez vous. Vous êtes alors mis en relation avec une entreprise. En quelques clics, le site délivre une convention de stage d'un mois maximum. Les allocataires continuent à toucher leurs indemnités. Le stage, lui, n'est pas rémunéré.

180.000 candidats l'année dernière

Sept demandeurs d'emploi sur dix, passés par cette plateforme et décrochent un contrat dans les six mois. Lorsque Anan Nahri, gérante du restaurant Point B, à Creil (Oise), sollicitée dans le sujet en tête de cet article, a ouvert son établissement, il y a huit mois, elle a ainsi pu tester seize candidats avant d'en embaucher cinq. 

Si ce dispositif existe depuis huit ans, il reste méconnu chez les employeurs. En 2022, 180.000 PMSMP ont été prescrites par Pôle emploi, d’une durée moyenne de quarante-deux heures. "Cela concerne beaucoup de secteurs, pas mal de tertiaire (administrations, enseignement, social, commerce), la construction", précise au Monde Paul Bazin, directeur adjoint de Pôle emploi, chargé de l’offre de services. "On essaie de la promouvoir sur des métiers qui peinent à attirer, en les invitant à viser des profils diversifiés : l’hôtellerie-restauration et le secteur du transport, la santé."

L'objectif de Pôle emploi est donc de les doubler, notamment dans les secteurs en tension. L’immersion concerne des métiers peu qualifiés, mais aussi des cadres. L’Association pour l’emploi des cadres (Apec) peut prescrire des PMSMP depuis l’automne 2022. 


La rédaction de TF1info | Reportage : Fabien Chadeau, Victor Gauquelin et Gilles Parrot

Tout
TF1 Info