À environ deux mois des Jeux olympiques, les salariés de plusieurs entreprises publiques, SNCF, RATP, éboueurs, menacent de faire grève.
Et cela paie pour certains. À la RATP, par exemple, les conducteurs percevront une prime pouvant aller jusqu'à 2500 euros.

Ils ont obtenu gain de cause. Gérald Darmanin a annoncé 1900 euros de primes pour les policiers et gendarmes mobilisés pendant les Jeux Olympiques. Les policiers municipaux, à Paris, toucheront, eux aussi, la même prime. Dans les transports, les conducteurs de la RATP décrochent jusqu'à 2500 euros de prime. Pour l'obtenir, interdiction d'être absent plus de quatre jours pendant les Jeux.

Les éboueurs appellent à la grève

Si certains ont été entendus, d'autres engagent un bras de fer avec leur direction. À la SNCF, les négociations sont toujours en cours. L'entreprise propose 50 euros de prime par jour de travail aux salariés mobilisés. Des syndicats de cheminots réclament le double, en plus d'une prime de 1000 euros. "On estime que les cheminots vont travailler plus, sur la ligne D par exemple, il y aura 1000 trains en plus, il faut donc préparer le matériel, conduire ces trains, il faut des contrôleurs, des gens qui vendent ces billets. On estime que ces gens doivent être rémunérés à leur juste valeur", explique dans la vidéo du 20H de TF1, Xavier Brégail, militant du syndicat Sud-Rail.  

Les éboueurs, eux, voudraient une seule prime de 1900 euros, justifiée selon eux par l'afflux massif de voyageurs. "Il y a entre 11 et 16 millions de touristes attendus à Paris. Notre but, c'est de montrer un Paris propre. On va avoir beaucoup plus de travail sur le terrain, c'est normal que l'on soit rémunérés en conséquence", défend Smina Mebtouche, secrétaire générale de la CGT Filière traitement des déchets.   

Autre secteur qui espère se faire entendre, l'hôpital public parisien. Les agents réclament  2000 euros de prime de pouvoir partir en vacances au moins trois semaines cet été, mais les négociations sont gelées. Ces coups de pression avant les JO ne sont pas une exception française. "En Grèce, à Londres, avant les Jeux olympiques, il y a eu le même type de mouvement pour justement compenser le surplus de travail", rappelle Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste chez BDO France. Les éboueurs parisiens appellent à la grève dès la semaine prochaine. Tout comme les cheminots d'Ile-de-France, le 21 mai prochain.


La rédaction de TF1 TF1 | Reportage Victor Topenot, François-Xavier Ménage, Arsène Gay

Tout
TF1 Info