REPORTAGE - Face à la multiplication des cas de Covid-19 dans les entreprises, celles-ci essaient de mettre en place des mesures sanitaires pour protéger leurs employés. Pourraient-elles encore aller plus loin ?

A partir du 1er septembre, le masque sera obligatoire dans l'enceinte des entreprises, y compris dans les open spaces, a annoncé ce mardi Elisabeth Borne. "Il est nécessaire de systématiser, comme l'a préconisé le Haut conseil de la santé publique (HCSP), le port du masque dans tous les espaces de travail qui sont clos et partagés", comme les "salles de réunions, couloirs, vestiaires, open space", a expliqué la ministre du Travail, après deux heures de visioconférence avec les représentants syndicaux et patronaux.

Cette mesure fait suite aux appels de plusieurs infectiologues afin de réduire les risques de contamination. Selon les derniers chiffres de Santé Publique France, 24% des foyers de contamination sont situés en entreprises (hors établissements médicaux) depuis le déconfinements. Les protocoles pour les lieux de travail "ne prennent pas suffisamment en compte" le risque de propagation du Covid-19 par aérosols (fines gouttelettes en suspension dans l'air expiré par les malades), déplorent une vingtaine de médecins dans une tribune publiée en ligne par Libération.

Il s'agit de la sécurité et de la santé des salariés donc c'est clairement de la responsabilité de l'employeur.
La ministre du Travail Elisabeth Borne.

De leur côté, les entreprises ont déjà fait de gros efforts. "CQFD", une PME basée à Saint-Laurent-d'Agny (Rhône), a notamment réaménagé ses espaces de travail et dépensé 10.000 euros pour se constituer un stock de masques. Qu'en sera-t-il du coût de cette nouvelle obligation ? Elle sera à la charge des entreprises. "Il s'agit de la sécurité et de la santé des salariés donc c'est clairement de la responsabilité de l'employeur", a indiqué la ministre, répondant à des inquiétudes syndicales.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info