Le 13H

Devenir pompier : pour les jeunes, une vocation avant d'être un métier

Léa Tintillier | Reportage TF1 Pauline Lefrançois, Henri-Paul Amar
Publié le 18 août 2022 à 13h17, mis à jour le 18 août 2022 à 16h28
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Depuis toute petite, Maeva rêve de devenir pompier.
Les feux que nous connaissons cet été l’ont renforcée dans ses convictions.
Une vocation pour cette jeune Marseillaise.

À 17 ans, Maeva rêve d’être marin-pompier à Marseille (Bouches-du-Rhône). Elle porte déjà la tenue, car elle suit une formation tous les samedis après-midi pour se préparer à son futur métier. "C’est un truc qui ne s’explique pas, depuis petite, on sait qu’on veut faire ça et quand on a des occasions de pouvoir toucher le matériel, de pouvoir s’informer sur le métier, on le fait", raconte-t-elle, dans le reportage du 13H de TF1 en tête de cet article. 

Apprendre à se servir du matériel, découvrir les différents équipements de feu… Cet été, tout cela prend un autre sens pour la jeune Marseillaise. Elle a hâte d’être opérationnelle pour pouvoir partir sur le terrain. "Ça fait plaisir et ça nous donne envie encore plus d’aller éteindre un feu, surtout avec ce qui se passe en ce moment et d’aider les pompiers", poursuit-elle. 

Pour ces marins-pompiers qui se déplacent régulièrement sur les incendies du sud-est durant les mois d’été, c’est un partage nécessaire, la transmission d’un engagement de plus en plus important. "Notamment cet été, il y a beaucoup de feux de forêt. On a besoin d’une relève. Quand on est sur les lieux, c’est difficile pour nous et de savoir qu’il y a une relève qui va assumer ça plus tard, ça nous rassure énormément", affirme l’instructeur de Maeva. 

"Ces feux nous incitent encore plus à nous engager"

Maeva regarde les images des feux de cet été d’un œil évidemment inquiet. Mais cela renforce ses convictions. "Ce sont des images graves. Dans quelques années, ça peut être pire. S’il n’y a pas assez de pompiers, on ne pourra pas réussir à tout éteindre. Ces feux nous incitent encore plus à nous engager. Ça nous motive encore plus", clame-t-elle. 

Lire aussi

Dès la rentrée de septembre, Maeva reprendra le chemin de l’école des jeunes marins-pompiers en même temps que ses cours en terminale. Dans un an, elle pourra passer le concours pour devenir ce qu’elle a toujours eu envie de faire depuis toute petite : aider et sauver les gens. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Pauline Lefrançois, Henri-Paul Amar

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info