VIDÉO - Horaires à la carte : dans cette entreprise, les salariés choisissent librement leur emploi du temps

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 Anaïs Barth, Pierre-François Watras et Hélène Massiot
Publié le 22 juin 2023 à 17h02

Source : JT 20h Semaine

De plus en plus d'entreprises françaises expérimentent la semaine de quatre jours de travail.
Sans aller jusque-là, certaines sociétés tentent déjà des aménagements d'horaires, pour favoriser l'équilibre entre vie personnelle et professionnelle.
Près de Lyon, une PME offre ainsi la possibilité à ses salariés de définir eux-mêmes leurs plages de travail, une formule qui rencontre un franc succès.

Emmener ses enfants à l'école était auparavant mission impossible pour Rémi Pin. Mais depuis plusieurs mois, ce chef de marché pour la société Elcia, qui édite des logiciels, bénéfice d'horaires flexibles. Tous les matins, il parcourt 50 km pour se rendre à son bureau près de Lyon. Une course contre-la-montre pour de nombreux parents, mais pas pour lui. "Sans pression ! Je m'étais organisé pour ne pas avoir de réunion avant dix heures ce matin", explique-t-il dans le reportage du 20H de TF1 ci-dessus. "Je sais que je peux arriver aux alentours de 9h30, j'aurai même le temps d'un café en arrivant." 

Dans cette entreprise, le temps des horaires fixes est désormais révolu : depuis la mise en place du dispositif il y a quatre ans, tous les salariés choisissent à quelle heure ils débutent leur journée et à quelle heure ils la finissent. Un employeur est en effet autorisé à modifier la règle de l'horaire collectif de travail pour des horaires individualisés, tant que le nouveau cadre est validé par l'inspection du travail, explique le site du service public

Les entreprises peuvent toutefois décider de prévoir une plage fixe de travail. Chez Elcia, la seule contrainte est ainsi d'être présent sur site de 10h à 12h, et de 14h à 16h. "Cela me permet d'organiser mon temps de travail par rapport à ma vie personnelle, et pas forcément que l'inverse, et ainsi de trouver mon équilibre dans l'ensemble de ma vie", souligne Rémi Pin.

"C'est plus sain"

La formule a aussi séduit Adeline Mourlevat, 30 ans, qui est à la tête d'une équipe d'une dizaine d'ingénieurs. Fini les horaires rigides, elle peut désormais, si elle le souhaite, prendre jusqu'à deux heures de pause déjeuner. "Je peux aller faire du sport entre midi et deux, profiter de cette plage horaire, et finir un peu plus tard, à un horaire que je préfère. C'est plus sain pour moi", se réjouit la responsable du service référencement.

Et elle n'est pas la seule à profiter de ces possibilités. La PME a donc décidé de proposer à ses salariés une fois par semaine des cours de sport, par exemple de yoga. Cette tendance à la souplesse se confirme aussi au niveau national. Actuellement, 71% des employés disent travailler dans un environnement de travail flexible, selon une enquête OpinionWay de novembre 2022 pour la plateforme de discussion Slack, réalisée auprès d'un millier de personnes. Pour 57% des sondés, cette flexibilité concerne les horaires de travail. Un virage lié à la crise sanitaire, qui a fait exploser le recours au télétravail et poussé les entreprises à repenser leur organisation. La plupart des salariés souhaitent désormais accélérer cette transformation : 76% d'entre eux veulent encore davantage de flexibilité, 64% en termes d'horaires.

C'est un challenge de s'adapter aux nouvelles générations qui poussent nos portes
Stéphanie Robin, directrice des ressources humaines de la société Elcia

Les retombées positives de cette nouvelle formule ont été documentées. En janvier dernier, l'Organisation internationale du Travail (OIT) se penchait pour la première fois sur la question de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée dans un rapport. Elle y soulignait les bénéfices des horaires flexibles "à la fois à l’économie, aux entreprises et aux travailleurs", permettant de "jeter les bases d’un équilibre meilleur et plus sain" et "d'améliorer la productivité", un "scénario 'gagnant-gagnant' pour les employeurs comme pour les salariés". "Les différents pays doivent s’inspirer des expériences acquises en matière de réduction du temps de travail et de flexibilité pendant la crise du Covid-19", estimait aussi l'instance internationale. 

Au départ, la volonté de donner plus d'autonomie aux employés avait engendré quelques craintes au sein de la direction d'Eclia, mais désormais, celle-ci a compris qu'il s'agissait d'un atout indéniable pour satisfaire des travailleurs dont la moyenne d'âge est de 35 ans. "C'est un challenge de s'adapter aux nouvelles générations qui poussent nos portes", souligne Stéphanie Robin, directrice des ressources humaines de l'entreprise. "Les horaires flexibles sont clairement un levier d'attractivité et de recrutement pour nous. Cela nous permet aussi de fidéliser nos salariés et de retenir ces talents."

Quatre ans après l'instauration de cet emploi du temps à la carte, le bilan s'avère positif pour la PME, qui constate une croissance continue de son activité. L'enquête OpinionWay montre en effet que cette souplesse est aussi un véritable atout pour le recrutement. En ce qui concerne le travail à distance par exemple, près de la moitié des employés (46%) seraient prêts à changer d'emploi si leur société ne leur offre pas de la flexibilité sur les jours ou les horaires de télétravail. Seule ombre au tableau, "les bienfaits de certains de ces arrangements flexibles, comme l’amélioration de la vie de famille, peuvent s’accompagner d’inconvénients comme des déséquilibres en matière de genre et des risques plus importants en ce qui concerne la santé", signale toutefois l'OIT.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 Anaïs Barth, Pierre-François Watras et Hélène Massiot

Tout
TF1 Info