Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Télétravail : ces salariés qui ne veulent plus retourner au bureau

La rédaction de LCI
Publié le 30 juin 2021 à 16h21
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

TÉMOIGNAGES - Avec le nouveau protocole sanitaire qui entre en vigueur ce mercredi 30 juin, le télétravail pourra désormais s’effectuer deux jours par semaine, au lieu de trois. Mais près de trois-quarts des télétravailleurs ne souhaitent pas retourner tous les jours au bureau.

Le nouveau protocole sanitaire en entreprises entre en vigueur ce mercredi 30 juin, qui marque la quatrième étape du déconfinement. Au sujet du télétravail, le gouvernement se base sur un repère de deux jours par semaine pour les entreprises du secteur privé pendant les deux mois d’été. Le temps de permettre aux employeurs de négocier des accords en la matière Mais depuis un an, les salariés vivent au rythme du télétravail. Et si pour certains, c'est synonyme d'enfermement, la plupart se sont plutôt bien acclimatés à ces nouvelles conditions. 

Huit salariés sur dix demandent à télétravailler à la carte. C'est ce que relève Le Parisien d'après le 7e baromètre d'OpinionWay. 74 % des travailleurs disent, en effet, de pas vouloir revenir comme avant, un sur deux pour les salariés. Le souhait de rester en télétravail à 100 % reste par ailleurs minoritaire, mais 8 salariés sur 10 veulent un mode hybride et télétravailler 1 à 3 jours par semaine. 

Le télétravail sera-t-il pérenne ?

Parmi les télétravailleurs convaincus, se trouve Klervi, sollicitée dans le reportage en tête de cet article. Grâce au télétravail, elle peut s'occuper de son cheval quand elle le souhaite. Depuis le premier confinement, elle s'est installée à 70 km de Paris et elle n'est jamais revenue. Son employeur l'autorise à télétravailler à 100 %. Son métier s'y prête, car elle est développeuse, rédigeant des lignes de code depuis son ordinateur. Chez elle, elle enchaîne les réunions en visioconférence et ne compte pas changer ces nouvelles habitudes. Dans les bureaux parisiens de l'entreprise où Klervi travaille, la plupart des salariés ont souhaité revenir. Mais 10 % sont en télétravail à temps plein. L'employeur a accepté, de peur de voir ces profils très recherchés partir à la concurrence.

Lire aussi

De nombreux employeurs reçoivent des demandes des salariés qui ont déménagé pendant le confinement et ne souhaitent pas revenir. En cas de conflit, c'est l'entreprise qui a le dernier mot. Le salarié ne peut avoir que le maximum de jours de télétravail prévu dans l'accord. La plupart de ces accords prévoient entre deux ou trois jours de travail à distance. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info