Le lundi de Pentecôte est souvent choisi par les entreprises comme journée de solidarité, un dispositif mis en place en 2004 pour financer la prise en charge des personnes âgées.
Un salarié du privé sur trois le passe donc au travail.
TF1 fait le point sur les particularités de ce jour férié.

En ce lundi de Pentecôte, les vendeuses de cette boulangerie continuent à servir du pain. "Pourtant, c'est férié, mais nous travaillons comme chaque lundi, pareil", relève l'une d'elles. Pour la journée de solidarité, créée en 2004 pour financer une meilleure prise en charge des personnes âgées ou handicapées, elles travaillent, mais ne sont pas rémunérées. 

Comme cette boulangerie, la majorité des commerces sont ouverts en ce lundi de Pentecôte. Du côté des clients, c'est au cas par cas. Trois confient qu'ils restent chez eux, un autre qu'il va bien être à son poste. "On s'y perd, souligne-t-il,  parce qu'aujourd'hui, on ne sait pas trop : cette journée, est-ce qu'elle est cotisée, est-ce qu'on reverse quelque chose, à quelle hauteur ?"

3,2 milliards d'euros récoltés

En principe, la journée de solidarité est travaillée, mais pas rémunérée. Instaurée l'année suivant la canicule meurtrière de 2003, cette "journée" est en fait un prélèvement correspondant à 0,3% de la masse salariale annuelle, la contribution solidarité autonomie (CSA). Au départ, cette mesure était compensée par un jour travaillé non payé - le lundi de Pentecôte - mais depuis 2008, cette contrepartie est laissée à l'appréciation des employeurs et des salariés, comme l'explique une experte interrogée par TF1. Il est possible "que le salarié donne un jour de congé", indique Marie de Grivel, avocate en droit du travail, mais également "de répartir cette journée sur l'année", ou encore "tout simplement pour la société d'offrir cette journée au salarié"

C'est le cas à Aquaboulevard, dans le 15ᵉ arrondissement de Paris. Le patron du centre aquatique offrira la journée de solidarité à ses salariés, mais en automne, car avec le beau temps, tout le personnel est mobilisé pour ce lundi de Pentecôte. "Il est préférable de choisir ces périodes qui sont quand même des périodes très calmes, fait valoir Fabrice Mancel. Le 11-Novembre, il y a peu de monde sur les extérieurs à l'Aquaboulevard, on est essentiellement à l'intérieur. Donc, on choisit cette période-là".

La plupart des piscines et des musées restent ouverts aussi en ce lundi de Pentecôte. Mais les services publics comme la Poste, les mairies et les services d'impôts sont, eux, fermés. Au total, 3,2 milliards d'euros devraient être collectés grâce à cette journée pour alimenter la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. 


La rédaction de TF1info | Reportage Maureen Alibert, Stefan Iorgulescu

Tout
TF1 Info