Le 13H

Vendanges précoces : les vignerons recherchent déjà (activement) des saisonniers

La rédaction de TF1info | Reportage I. Blonz, E. Schings
Publié le 7 juillet 2022 à 13h13, mis à jour le 7 juillet 2022 à 15h10
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

En raison des températures haussières de ces derniers mois, les vendanges arriveront plus tôt que prévu, cette année.
Ce qui force les vignerons à anticiper le recrutement de saisonniers.
Le 13H de TF1 s'est rendu en Alsace, où se rencontraient candidats et recruteurs.

Lorsqu'il inspecte ses vignes, Francis Backert s'étonne : le printemps a été chaud, les grappes de raisins se sont bien formées et seront à maturité plus tôt cette année. "Aujourd'hui, on a à peu près 20 jours d'avance par rapport au cycle végétatif de l'an dernier. On s'oriente donc vers une vendange à la fin du mois d'août", explique-t-il au 13H de TF1, dans le reportage en tête de cet article.

En Alsace, les viticulteurs ne vendangent pas à la machine. L'urgence est donc de trouver au plus vite des saisonniers, six au total pour Francis. Les candidatures ne se bousculent pas, alors la profession est obligée de chercher ailleurs. Sur les images de notre reportage, on peut ainsi voir une rencontre d'embauches, organisée avec une trentaine de bénéficiaires du RSA, ces derniers ayant la possibilité de cumuler leur allocation et le salaire de saisonnier.

Je pense que c'est bien payé

Polliana, bénéficiaire du RSA

"Faut payer la voiture, l'assurance, de quoi vivre...", détaille Maryline Heng, l'une des bénéficiaires du RSA présente à la rencontre. Une autre, Polliana de Jesus, poursuit : "Je pense que c'est bien payé. J'ai perçu entre 800 et 900 euros pour trois semaines".

Les saisonniers sont payés au Smic horaire, ce qui peut expliquer le manque de candidatures : une centaine de postes restent à pourvoir en Alsace. "On va toujours y arriver à la fin mais avec un niveau de stress et de recherche qui demande de plus en plus d'énergie", déplore l'un des employeurs présents.

Lire aussi

Pour se faciliter la tâche et attirer les saisonniers, la solution pourrait être l'augmentation des salaires, à laquelle Francis Backert explique ne pas être opposé. Il précise toutefois que dans ce cas, le prix des bouteilles de vin sera plus élevé. Pour sa part, le vigneron offre déjà une prime de 10% à tous ses saisonniers, ce qui n'est pas le cas de tous ses confrères en Alsace.


La rédaction de TF1info | Reportage I. Blonz, E. Schings

Tout
TF1 Info