Le jet lag découle d’une perturbation de l’horloge interne du corps, liée à un changement brutal de fuseau horaire.
Le décalage horaire peut être plus ou moins intense selon l’organisme de chacun et le lieu de destination.
Plusieurs astuces limitent ses effets, à commencer par l’adoption d’une bonne hygiène de vie durant votre voyage en avion.

Tous les voyageurs le redoutent, pourtant, il est difficile d’y échapper après un voyage à l’autre bout du monde : le décalage horaire. Lorsque l’on souffre de jet lag, les symptômes vont de la légère fatigue à l’insomnie. Le corps est perturbé par un fuseau horaire inhabituel, raison pour laquelle il est possible de ressentir des maux de tête, de l’irritabilité et des troubles digestifs. Les plus sensibles peuvent également rencontrer des douleurs musculaires ou articulaires. Pour limiter les effets indésirables du décalage horaire, plusieurs bonnes pratiques sont à adopter.

Changer ses habitudes de coucher avant le départ

L’impact du jet lag diffère selon les personnes, les horaires de leurs vols, mais aussi le choix de la destination. Les petits voyages ne sont toutefois pas exemptés des désagréments du décalage horaire : trois fuseaux horaires suffisent à perturber l’organisme, soit l’équivalent d’un Paris-Dubaï. Selon Laurent Lacassagne, pneumologue spécialiste du sommeil à La Clinique de l'Union / Ramsay Santé, il sera plus difficile de se remettre d’un vol vers l’est (Asie) que vers l’ouest (Amérique). La raison ? "Il est plus difficile d'avancer un cycle circadien que de le retarder." Pour se préparer au changement de fuseau horaire, il est donc recommandé d’adapter son rythme de sommeil avant le départ. Si vous partez vers l’est, essayez de vous coucher (et de vous lever) une heure plus tôt. A contrario, retardez votre heure de coucher et de lever si vous voyagez vers l'ouest. 

Soigner son hygiène de vie pendant le vol

Votre hygiène de vie durant le vol sera déterminante sur la façon dont votre organisme réagira au décalage horaire. En effet, alors que la digestion est déjà perturbée par le manque de déplacements dans l’avion et la pression atmosphérique, n’aggravez pas votre cas en consommant des aliments riches ou sucrés. Du côté des boissons, l’alcool, très déshydratant, est fortement déconseillé et peut vous causer des maux de tête à bord ou à l’arrivée. Évitez également les sodas, le café et le thé. Quant à l’eau, elle est à consommer sans modération pour permettre à votre corps de mieux récupérer. Laurent Lacassagne recommande un minimum de deux litres d’eau pour un vol d’une durée de dix heures. Enfin, pour ne pas souffrir de jambes lourdes, n’hésitez pas à porter des bas de contention.

Faire du sport dès son arrivée à destination

Après des heures passées assis dans un avion, ce n’est pas le conseil auquel on s’attend le plus et pourtant, le sport est une solution miracle pour contrer les effets du décalage horaire ! Une activité physique, même courte, permet d’oxygéner le corps, très engourdi du voyage. Si vous arrivez en Asie en matinée, un cours de yoga ou un footing au soleil vous donnera un regain d’énergie. Du côté de l’Amérique, préférez une séance de sport en fin d’après-midi pour ressentir de la bonne fatigue avant l’heure du coucher.

Bannir les écrans juste après le voyage

Dernière astuce efficace pour s’adapter plus facilement au nouveau fuseau horaire : s’éloigner des écrans, surtout si vous tentez de vous coucher à vingt heures alors qu’il est encore midi dans votre esprit. En plus de vous exposer à des contenus stimulants, la lumière bleue peut vous empêcher de trouver le sommeil. Il serait dommage de passer les premiers jours de vacances extrêmement fatigué à cause de quelques vidéos visionnées sur Instagram !


Marjorie RAYNAUD pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info