Ras Al-Khaïmah est un émirat tout neuf dans un décor d'éternité.
Bien moins connu que Dubaï et Abou Dabi, il se démarque après avoir fait un tout autre choix de développement.

À moins d'une heure de route de Dubaï, et aux portes du plus grand désert du monde, le petit émirat de Ras Al-Khaimah apparaît comme un mirage. D'un côté, les eaux turquoises viennent grignoter ses dunes, et de l'autre se déploient les Monts Hajar et leurs vertigineuses parois grises et ocres. Depuis quinze ans, Salua Daghay, guide touristique chez "Unveil Arabia", partage avec les touristes sa fascination pour une telle diversité de paysages et ses explications géologiques.

Deux touristes françaises ne s'attendaient pas à ce décor. Et elles ne sont pas au bout de leur surprise. De la végétation pousse dans ce désert, car des rivières y coulaient, il y a sept millions d'années, et les nappes phréatiques existent toujours. Les plantes se sont adaptées.

Les lieux regorgent de dromadaires, présents en nombre dans le pays. Depuis la nuit des temps, ils vivent avec les Bédouins. Les 4x4 les ont remplacés, alors aujourd'hui, ils sont dédiés à la course, entraînés matin et soir. Certains d'entre eux coûtent plusieurs centaines de milliers d'euros, car les courses de dromadaires sont de plus en plus populaires. Pour les locaux, c'est un moyen de perpétuer les traditions. 

Plus de détails dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage vidéo : Marion Laouamen, Pierre-Jean Perrin

Tout
TF1 Info