Trois astuces pour mieux surmonter les turbulences en avion

par Marjorie RAYNAUD
Publié le 28 décembre 2023 à 9h00

Source : JT 20h Semaine

Il existe quatre types de turbulences : légères, modérées, sévères et extrêmes.
Rester assis et attaché est l’une des règles primordiales à suivre.
Prendre un avion tôt le matin est le meilleur moment pour éviter les turbulences. Le choix de la destination et la saison jouent également un rôle.

“Mesdames, Messieurs, nous allons traverser une zone de turbulences, nous vous demandons de regagner votre siège et d’attacher votre ceinture de sécurité…”, aussitôt cette phrase prononcée par une hôtesse de l’air ou un steward, et c’est la panique à bord. D’après la dernière étude YouGov sur le sujet, près de 30 % des femmes ont peur de prendre l’avion, contre 20 % des hommes sondés. Leur crainte ultime ? Que l’avion s’écrase, naturellement ! Pourtant, le moustique s’avère être 1000 fois plus meurtrier et les trajets en voiture sont 72 fois plus dangereux. Malgré ces faits avérés, les turbulences en avion peuvent être impressionnantes, voire angoissantes. 

Une compagnie aérienne ne peut malheureusement pas vous assurer en amont que votre avion ne subira pas de turbulences. Aucune règle ni données ne permettent d’attester qu’un engin pourra mieux résister ou non à ces secousses causées par des changements de vitesse et de direction du vent, comme des courants-jets ou des orages. Toutefois, plus un appareil est gros, plus il absorbe les turbulences. Les endroits les moins affectés sont à l’avant et au niveau des ailes de l’avion. Pour apprendre à mieux gérer votre peur, il est important de garder à l’esprit que la crainte n’engendre pas le danger. La peur est un sentiment inventé, qu’il est important de contrôler. Voici trois astuces pour vous aider à y parvenir.

Ne pas se laisser envahir par la peur et penser aux faits

En avion et partout ailleurs, rappelez-vous qui est au contrôle. Vous ou bien la peur ? Il est très facile de nourrir des sentiments d’angoisse en s’imaginant des scénarios dramatiques. Pourtant, si l’on décide de se focaliser sur les faits, il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Premièrement, il n’y a eu aucun accident d’avion de ligne commercial dû à des turbulences au cours des 50 dernières années. De plus, les pilotes sont formés pour gérer les secousses, vous pouvez leur faire confiance. 

Autre fait probant : vous avez autant “de chances” de gagner le jackpot au loto que de mourir en avion. Bien qu’une grille soit toujours validée avec une once d’espoir, les possibilités de remporter le pactole sont infiniment minces ! En ce qui concerne le risque que l’avion ne s’écrase, c’est pareil : un vol sur douze millions subit un accident.

S’occuper l’esprit

Pour ne pas se focaliser sur les secousses, occupez-vous l’esprit. Vous pouvez discuter avec les autres passagers, lire un livre, regarder un film, écouter une musique qui vous fait du bien. Tout ce qui vous permet de penser à autre chose que votre peur, en somme.

Faire des exercices de respiration

Enfin, si vous sentez que votre angoisse s’intensifie au rythme des turbulences, pratiquez des exercices de respiration. Fermez les yeux et expirez lentement, calmement et longtemps. Les respirations profondes et longues stimulent le nerf vague qui favorise un sentiment de bien-être général. 


Marjorie RAYNAUD

Tout
TF1 Info