Le 20h

Evasion sur le massif des Ecrins dans les Alpes

Publié le 10 décembre 2020 à 20h36, mis à jour le 11 décembre 2020 à 1h19
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

L'essentiel

Nous vous emmenons au pays des montagnes invincibles. Dans le massif des Écrins, où la neige qui culmine à plus de 4 000 mètres a été le dernier grand sommet des Alpes à être conquis. Tout y est vertigineux.

Là où certains voient des cabines, des remontées dites mécaniques, Pascal Giboud aperçoit une porte d'entrée, un passage sous l'imposant presque inquiétant de la neige, dernier sommet des alpes conquis par l'homme, La Grave est une station unique. Une des rares en Europe à emmener les passionnées en haute montagne. Avec ses 3 200 mètres d'altitude, il n'y a pas de piste ni d'indication, les voyageurs viennent avec un guide comme Pascal. Depuis 17 ans, il apprend à ses clients à aimer la haute montagne, à s'en méfier aussi. Au-dessus de ces crevasses, le manque de prudence ou d'humilité peut être mortel. Mais au bout du chemin, la récompense est inestimable.

D'un versant à l'autre de la vallée, des hommes prennent soin des montagnes. Hubert Tavernier veille sur la mémoire de ces géantes. Le temps a effacé de nombreux chemins, mais il les a sortis de l'oubli et retracé en interrogeant les anciens du village avec son association. À l'approche de l'hiver, sur les hauteurs du Parc national des Écrins, les chocards et les chamois redeviennent maîtres de lieux. Les gardes du parc comme Cyril Coursier veillent sur eux. Il cherche une autre espèce, le plus grand rapace d'Europe. Ce n'est qu'arrivé au lac Noir, à 2 500 mètres d'altitude que le Gypaète barbu et ses immenses ailes, près de trois mètres d'envergure se montre. Pendant des années, il avait disparu des Alpes. Il a été réintroduit il y a 40 ans.