Le 20h

Istanbul : les trésors du Bosphore

Publié le 27 septembre 2022 à 20h36
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Istanbul est une ville qui a toujours attiré les voyageurs et fasciné les peintres et les écrivains, comme Pierre Loti. Et au milieu, entre l'Europe et l'Asie, le Bosphore.

Le terme n'a rien d'excessif : Istanbul est unique. La seule ville au monde à cheval entre deux continents. L'Europe à gauche et l'Asie à droite. Et entre les deux coule le Bosphore, un ruban bleu de 31 km. Sur la rive asiatique, un monument attire notre regard immédiatement, un éclat blanc. La mosquée d'Ortakoy est la seule à avancer sur l'eau. Elle a été construite en 1854 dans un style baroque rococo. À l'époque, c'est moderne et les habitants se montrent perplexes.

Notre guide Huseyin Avni Ozkan nous emmène à l'intérieur dans une salle de prières assez étroite. En levant les yeux sur la coupole, plusieurs trompes l'œil, des fenêtres ouvertes vers le ciel. Du marbre précieux, des couleurs pastel, joyeuses. À deux pas de la mosquée, un quartier est également connu pour une spécialité culinaire immanquable, le kumpir, un plat à 70 livres turc, environ 4 euros.

Notre croisière se poursuit devant les plus beaux palais de la ville : Dolmabahce avec ses 280 pièces, Beylerbeyi, la fameuse université de Galatasaray et partout, des villas en bois, d'anciennes maisons de pacha bâties au bord du détroit. Les courants sont parfois violents sur le Bosphore.

Prochaine escale, un peu moins classique, le quartier de Kuzguncuk avec ces rues pointues. Istanbul a été construite sur sept collines. Les façades sont colorées et un panneau étonnant "danger chat". Clairement, nous sommes sur leur territoire. Avant de repartir, nous croisons ce vendeur ambulant sur le trottoir le plateau couvert de simit, le bretzel turc.

Sur la rive d'en face, côté européen, quelle que soit la météo, qu'importe l'heure, les pêcheurs restent aligner, aux aguets. Ils viennent après le travail pour décompresser. Le soir s'installe déjà. Tout Istanbul se retrouve sur ces rives. Les lumières, les ombres, les téméraires, et fondent dans la ville, ample et immanquable, le Bosphore en majesté.

TF1 | Reportage Q. Fichet, J.P Hequette


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info