La nature a une place très spéciale dans la culture japonaise.
La mer, la montagne et les paysages de l'archipel sont au cœur de traditions ancestrales.
Le 13H de TF1 vous fait découvrir ces lieux d'exceptions.

Un pays aux mille traditions. Les terres japonaises font l'objet de rituels peu connus en Occident. La nature à une place toute particulière dans la culture nippone. La mer, les montagnes, les arbres ont une valeur sacrée. C'est pour cette raison que nombre de traditions japonaises s'expriment au sein de paysages naturels préservés. Le 13H de TF1 vous fait découvrir dans le reportage en tête d'article des images inédites du nord du Japon.

Pour mieux comprendre la façon dont les Japonais conçoivent la nature, notre équipe est allée à la rencontre d'un maitre calligraphe. Sous le pinceau de maître Mitsefuji, chaque ligne est un art. Il utilise de l'encre et de l'écume pour raconter la mer sur une page blanche. Le sens des mots peut prendre des nuances différentes selon la manière de les écrire. 

"Il faut faire travailler l'imagination. Par exemple quand on parle de la mer, je peux imaginer une grande, une très grande mer majestueuse, ou une mer très agitée. Et je n'ai pas besoin d'adjectif. L'intention que je mets dans l'écriture suffit ", explique l'artiste dans la vidéo en tête de l'article. En calligraphie, la mer agitée s'écrira différemment d'une mer calme et majestueuse, et cela, même si elles utilisent le même caractère et le même signe.

À la rencontre d'un moine yamabushi Français

Notre équipe s'est ensuite rendue dans le village de Haguro, où elle a fait la rencontre de Sylvain Guintard, un moine bouddhiste originaire de Chambéry. Depuis 40 ans, il est adepte du shugendō, une branche très ancienne du bouddhisme japonais. 

Depuis six mois, il fait le tour des montagnes sacrées du Japon. Au pied du mont Haguro, on le rejoint à la cinquantième étape de son pèlerinage. Avant de rentrer dans le sanctuaire, le moine effectue un rituel. Il souffle dans une conque : "On se présente, en disant voilà je suis à la porte et j'arrive", nous explique-t-il.

Dans ce décor de grands cèdres, Sylvain Guintard est une attraction avec sa tenue blanche traditionnelle, son chapeau et ses pompons. Il est souvent interpellé, car il n'y a plus beaucoup de vrais moines de son ordre au Japon. Cela ne dérange pas Sylvain : "[Échanger], cela fait partie de la gratitude que je dois redonner", affirme-t-il dans un japonais parfait.

La montée vers le mont Haguro est un voyage en pleine nature. Le temps s'y est presque arrêté. On y découvre un patrimoine naturel exceptionnel avec des arbres et cascades. On y trouve également des structures spectaculaires comme une pagode à cinq étages, visible dans la vidéo en tête de l'article. Elle est faite de pièces de bois assemblées et chevillées, et cela sans aucun clou. Elle résiste ainsi aux tremblements de terre depuis sept siècles.

Pour aller jusqu'au sommet du mont Haguro, les pèlerins doivent monter près de 2446 marches en pleine forêt. Ce chemin est emprunté depuis mille ans par les adeptes. Après s'être purifié, le moine Sylvain Guintard peut se présenter et prier au temple. Cet édifice religieux est inédit au Japon. Le reste de cette découverte est à voir dans le reportage en tête de l'article.


Laetitia ASGARALI DUMONT | Reportage : Michel Izard, Bertrand Lachat, Thierry Gippet

Tout
TF1 Info