Dans le pays basque espagnol, la ville de Saint-Sébastien est confrontée au surtourisme, au grand dam des locaux.
Face à cette situation, la mairie a décidé d'imposer certaines règles pour réguler le flot de visiteurs et réduire les nuisances sonores dans la ville.

Faire patienter certains clients, et même en refuser d'autres : pour José Ramon Lobeloc, patron d'un restaurant à Saint-Sébastien, dans le nord de l'Espagne, il s'agit désormais de la norme. "C'est comme ça tous les jours. Il y a beaucoup de monde, c'est très difficile. Les gens attendent dehors et dès qu'une table se libère, ils peuvent rentrer", décrit le restaurateur. 

Dans ce bar à pintxos - une variante basque des tapas espagnoles, et la spécialité culinaire de Saint-Sébastien -, le niveau de fréquentation ne baisse jamais. De quoi quelque peu surprendre les touristes : "C'est un endroit très populaire, Saint-Sébastien, c'est de la folie !", lâche un client étranger. 

30% de visiteurs en plus en cinq ans

L'an dernier, près de 900.000 visiteurs sont venus profiter des atouts incontestables de Saint-Sébastien : c'est 30% de plus qu'il y a cinq ans. Dans les ruelles, on assiste à un ballet incessant de valises, et sur les promenades, à un flot continu de piétons. La vieille ville sature tout particulièrement, et les habitants aussi. "Les rues sont petites et étroites. Le bruit résonne beaucoup", confie une dame. "On ne peut même plus marcher normalement ! Quand on va travailler, ça prend plus de temps", déplore une autre. "Nous les locaux, on ne se sent plus vraiment chez nous", résume un dernier. 

Kits audios pour réduire le bruit, visites guidées à maximum 25 personnes...

Pour tenter de lutter contre toutes ces nuisances, la ville impose désormais certaines limites : des visites guidées à 25 personnes maximum, ou encore des kits audios obligatoires pour ne plus subir les mégaphones des conférenciers. "Grâce à ce dispositif, on peut parler sans déranger le voisinage", se réjouit une guide espagnole.

Également dans la ligne de mire de la municipalité : les hôtels pensions, gorgés de touristes. "Dans la vieille ville, nous avons déjà interdit depuis quelques années l'ouverture de nouveaux établissements dédiés au tourisme. Nous allons étendre cette interdiction à d'autres zones qui deviennent tendues, et pour tout le reste de la ville, beaucoup les limiter", détaille le maire, Eneko Goia. Deux millions de nuitées ont été enregistrées à Saint-Sébastien en 2023, un record, et une limite que la municipalité ne souhaite plus franchir.


L.H | Reportage : Hortense Villatte, Jean-Vincent Molinier

Tout
TF1 Info