Île Maurice : les incontournables de la culture de l'île paradis

par Juliette LECUREUIL
Publié le 14 décembre 2022 à 10h45

Source : Sujet TF1 Info

Toute paradisiaque qu’elle est, l’île Maurice n’est pas en reste au point de vue culturel.
Littérature, musées, musique, danse… Voici une liste non-exhaustive des trésors qu’elle renferme.

À travers sa culture, c’est un morceau de l’histoire de Maurice que l’on touche du doigt. Les apports des découvreurs arabes, portugais et hollandais, des colons français et anglais, des esclaves africains, ou encore des coolies chinois ou indiens ont marqué l’île. 

On y parle anglais, français, mais aussi créole mauricien, la langue qui relie ces différentes communautés entre elles. Par ailleurs, les trois grandes religions (hindoue, chrétienne et musulmane) y cohabitent en paix, l’île comptant aussi une poignée de bouddhistes et de taoïstes. 

Certains rites font office de passerelles entre croyances, parfois saupoudrées d’un zeste de superstition et d’une pincée de tradition populaire. Bref, sur l’île Maurice, la coexistence a un sens. 

Ce multiculturalisme inspire l'œuvre de quelques valeurs montantes de la littérature contemporaine, à l’instar d’Ananda Devi – "Indian Tango" (2007), "Le Sari vert" (2009), "Le Rire des déesses" (2021) –, ou de Carl de Souza – "La Maison qui marchait vers le large" (1996), "Les Jours Kaya" (2000), "L’Année des cyclones" (2018).

J.M.G Le Clézio, prix Nobel de littérature 2008, est également très marqué par la culture de Maurice, sa famille d’origine bretonne y ayant émigré au XVIIIe siècle. Son roman "Le Chercheur d’or" (1985) se déroule d’ailleurs dans un lieu imaginaire inspiré du sud-ouest de l’île.

Pour terminer, il faut souligner l’importance de "Paul & Virginie", roman de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre paru en 1788, et dont l’intrigue se déroule sur l’île de France (le nom donné à l’île Maurice au XVIIIe siècle). Son succès fut international, et inspira le lyrisme descriptif d’auteurs comme Chateaubriand ou Loti.

Les musées mauriciens à ne pas louper

Pour en apprendre encore davantage sur le passé de Maurice, il faut visiter le Musée national d’histoire à Mahebourg, situé dans une ancienne résidence de colons. Sur 3 niveaux correspondant aux 3 périodes coloniales, on y découvre des objets, des meubles, des estampes, des photographies, et même des épaves de voiliers… qui témoignent aussi bien de l’histoire navale de l’île que de l’art de vivre à ces 3 époques. 

En tant qu’amoureux de la nature, on privilégiera plutôt le Musée d’histoire naturelle de l’île Maurice, à Port-Louis, où sont exposés plus de 35 000 spécimens de la faune et de la flore, dont certains endémiques.

Le séga, la musique mauricienne

Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le séga est plus qu’un genre musical qui se joue à plusieurs ravannes – des tambourins taillés en goyavier de Chine, instruments typiques de l’île – : c’est aussi une danse, patrimoine des descendants d’esclaves africains et malgaches, rythmée par le glissement des pieds sur le sol. 

Si jamais l’occasion d’assister à un spectacle de séga se présente, n’hésitez pas : vous y saisirez une petite partie de ce qui fait l’âme de l’île Maurice !


Juliette LECUREUIL

Tout
TF1 Info